Le voyage de Takoumi

Saison 3

Archive mensuelles: juillet 2015

Moments inoubliables: débuts de voyage

Les premières impressions du voyage se bousculent dans ma tête en désordre après trois jours de navigation houleuse et parfois difficile. Nous sommes partis samedi dernier de Cap d’Ail en direction de l’Italie et avons pris une petite claque comme dit Olivier par 25 noeuds avec des rafales a 35 dans la baie de Menton. Second record de vitesse pour Takoumi a 9 au portant mais première casse également: le bois de la delphiniere a vole en éclats pendant la bataille. Nous comptions la remplacer de toute facons donc rien de grave, juste nous devrons reprendre les mesures vu que notre modèle s’est perdu dans les tréfonds de la mer – menaçante ce jour-la. Contraints, et terriblement frustres, nous nous sommes réfugiés derrière le cap Martin pour la nuit. Le mouillage était rude à partir de 4h du matin donc nous en profitons pour partir tôt: premier lever de soleil sur la frontière franco-italienne.

IMG_5468IMG_5494

Le temps devait être clément d’après la météo mais nous trouvons que pas tant que ça finalement. Nous avons remonté le vent péniblement toute la journée jusqu’à la baie de Laigueglia. Nous avons dormi confortablement contre toute attente, le vent et la houle toutefois omniprésents.

 

IMG_5499

Nous partons enfin plus loin, mais ne nous sentons pas encore de faire la route directe vers La Spezia de l’autre côté du golfe de Gènes, les vents sont capricieux et contraires a notre route, et nous n’avons pas encore récupère de nos soirées amicales et du dernier mouillage »pourri » comme le qualifie Olivier. Alors nous avançons au large de la côté italienne jusqu’au crépuscule pour rejoindre un mouillage après Noli, a l.ouest de Sportorno.Nous souhaitions rester a Noli pour la nuit mais les fonds sont trop profonds et les filets de pêcheurs envahissent cette petite baie magnifique, hors du temps avec sa plage centrée accueillant des dizaines de pointus de pêcheurs qui étalent leur linge et filets sur leur petits mâts.

IMG_5504Je suis venue à Noli en Septembre avec mes parents et me rappelle de Maman heureuse, avec qui nous avons tant apprécié la friture de fruits de mer de ce restaurant perché que j’ai maintenant la chance de revoir de la mer. Nous y étions même repassés au retour du voyage tant nous avions aimé ce moment tranquille dans cette jolie ville Ligurienne. Nous poserons l’ancre dans la baie suivante pour une nuit très très inconfortable cette fois-ci. Nous prenons les vagues de travers presque déferlantes contraints de nous approcher de la plage en raison de la profondeur. Nous n’avons quasiment pas croisé de voilier et seuls dans notre second mouillage italien, commençons à comprendre pourquoi…
Toujours très impatients de traverser le golfe pour rejoindre les cinque terre de l’autre côté, nous sommes partis très tôt – second lever de soleil – et non sans peine, avons réussi à rejoindre Santa Margherita di Liguri a cote de Portofino vers 20h hier soir.

PIC_0010Nous avons mouille dans le port cette fois après une conversation totalement incompréhensible avec un monsieur très sympathique de la capitainerie – enfin je crois… parce qu’il ne semblait pas faire partie du personnel du port mais plutôt être le seul a parler anglais…Ce fut une dure journée de navigation, beaucoup de vent et surtout la houle importante semblait toujours nous éloigner de notre destination. Mais au milieu de la journée s’invitent: une mouette qui nous suit longtemps au travers du golfe et que je nourris avec du pain de mie, un poisson lune (ça ressemble à un dauphin mal en point) et quelques dauphins qui croisent notre route en fin de journée. Ce matin je prends mon café devant une tourelle entourée de jolies façades toutes en couleurs de Santa Margarita et le début de notre voyage prend tout son sens. J’entends le clocher qui nous invite à rejoindre la terre tout à l’heure pour trouver une petite trattoria sans doute et nous promener dans cette ville qui me paraît si jolie depuis hier soir depuis Takoumi.

Takoumi tour

Le Takoumi tour de la cote d’azur s’est achevé et nous avons embarque tout un tas de bons souvenirs de plus avec nous en route vers l’Italie. Soyons honnêtes, nous avions besoin de nous reposer après cet enchaînement de 9 sorties, mouillages, soirées, déjeuners repas – délicieux mais copieux et arrosés dans le contexte de notre nouveau rythme de vie depuis que nous avions enmenage sur le bateau fin Mai. Je crois bien que nous avons repris quelques-uns des kilos perdus le mois précédent (10 au total à nous deux:, mine de rien tout de même :)… Mais avec tant de plaisir et nous sommes ravis d’avoir pu partager un instant, un peu de notre quotidien et surtout de notre passion avec certains d’entre vous avant le grand départ. Il a eu lieu (enfin!) samedi dernier après une dernière escale au Cap d’Ail.
Un grand Merci les copains et à bientôt quoiqu’il en soit, dans un autre port nous le souhaitons!

Il nous manque plein de photos, mais en voici quelques unes:

PIC_0003imageimageimageimageimageimage

Et pour finir, Takoumi prêt pour le départ du Cap d’Ail du Quai d’honneur:

IMG_5456

 

Route

Ahoy dear english speaking friends! As the question pops up every day, I’d like to share our planned route in case our paths can cross…We’ll depart for the italian coast next week, end of July down to Sicile, Sardania across to Malta and back through Sardania, across to the Spanish Baleares. South Spain, Gibraltar down to Canary Islands, Cape Verde and across to Martinique towards December. From there, we will certainly enjoy the tropical weather in the surroundung Antilles islands and hope to make it to Patagonia through Brazil and Argentinian coasts. Ushuaia or close by, through the windy canals in
Chile…If we get this far, we will have experienced a lifetime’s worth of exciting moments, challenges, and enriching encounters…. But flexibility is what we have with our newly acquired sailing home. So if we don’t get anywhere I guess it will always be for good reasons, whatever choices we made along the way, constantly masters of our « now ».
The beginnings of our travelling so far are filled with learnings, adapting to a new way of thinking about packaging, littering and consomption, accepting risk when the wind decides to change every hour, every day. Yet I already felt very proud and very small facing all the beauty around me when I write this looking at the sun set in Porquerolles island.

La peche!!!

Nous avons enfin commencé à pêcher – et dîné de notre pêche  – une grande première sur Takoumi! Très modestement je l’avoue mais quand meme! La preuve en image:

image:

Si j’en crois mon livre de chevet du moment ce seraient un serran écriture et une saupe. Le premier poisson que j’ai « ferré » était un bogue magnifique, mais Olivier m’a demandé de le remettre à l’eau!? A posteriori, un bogue de 15cm, ça se mange non? Tout se consomme ou presque d’après mon père appelé en renfort ce matin-là pour quelques conseils…Tout se consomme mais n’est pas forcément très bon. Le serran gagne de loin notre appréciation du jour.

Le thon, l’espadon, seront pour (bien) plus tard je pense….mais nous les pêcherons un jour!

Entre deux mouillages

Mais avant tout ca….Nous avons pleinement profité des visites : jeudi dernier cousin Philippe ci-dessous pour une navigation idéale dans la baie d’Hyères – Attention, il bosse là – en fait il regarde notre tête de mat…

image

Nous retrouvions ensuite la famille vendredi en « bateaux » – Takoumi et le super zodiac loué à l’occasion afin de nous rejoindre au mouillage Anse de Notre Dame à Porquerolles .)

Gilets obligatoires pour Lazare et Lorette qui pilotent à tour de rôle Takoumi…à l’arrêt néanmoins 😊

image

Thibaud se baigne, Marius pêche et tout le monde se détend!

imageimageimage44

Last but not least, samedi c’est une visite innattendue car asssez compliquée à convenir – cousin Marco finit par nous rejoindre au petit matin par la navette touristique au port de Porquerolles où nous irons le chercher en annexe de la sortie du port.

Nous faisons le tour de l’Ile par le sud, la côte la plus sauvage avec pas mal de vent mais tranquillement vent arrière avec seulement le génois hissé.

Nous arrivons à Port-Cros en milieu d’après-midi comme prévu. Prendre un verre avant le départ de la dernière navette est un moment fantastique sur ce site insolite, à l’état presque sauvage! Ce fût un bel équipage pour une belle « traversée », merci Takoumi!

IMG_0868IMG_0866IMG_0865

FullSizeRender

 

Qui a de l’intérêt pour St.-Tropez ? (Cavalaire – Îles de Lerins)

Pour échapper aux hordes désordonnées de curieux et de touristes de la baie de St.-Tropez pour le 14 juillet, nous avons décidés de prendre large… mais franchement large, la côté disparaissait dans la brume, pour notre trajet vers la baie de Cannes.

Qu’elle ne fut pas notre surprise d’y faire des rencontres surprenantes d’un type qui nous fait toujours rêver (Non non, pas Brigite Bardot en paddle).

Au large du Golfe, notre route a donc croisée celle d’une baleine, une vraie, immense avec un geyser sur le dos, comme celles dessinées sur les boîtes de sel fin 😉 C’est toujours un moment magique… Avec toujours l’appréhension soit de la déranger, soit d’être désigné comme son nouveau jouet. D’ailleurs, je reste persuadé qu’elle a modifiée sa lente dérive pour nous observer au plus près, en attendant sans doute l’heure du feux d’artifice ?

Juste après ça, deux poissons volants ont été témoins de notre tentative d’éviter la foule 😉 , mais entre nous, une foule comme celle la, je veux bien en côtoyer tous les jours !

Le reste du trajet fut beaucoup moins encombré, et il faudra nous y résoudre, à moins de 7 nds de vent, Takoumi n’avance pas. L’entêtement n’est que pourvoyeur de frustration et de perte de temps.

C’est pourquoi le reste du trajet à été confié aux bons soins du moteur, car nous avions en tête, pas vraiment prévu (ni avoué), de profiter du spectacle du feux d’artifice de la fête nationale à Cannes.
Ce moments, que nous avons finalement vécu au calme, dérivant bien au centre de la baie, éloignés de la meute de bateaux agglutinés en face de la croisette, fut tel que prévu, le spectacle vu de la mer est magnifique.

Question d’autonomie (Port Cros – Cavalaire)

Nous y sommes, ou plutôt, n’y sommes plus. Nous avons quittés les îles d’Hyeres pour le continent.

En cause dans l’abandon de notre retraite toute relative dans le parc naturel de Port Cros, la question d’autonomie… Cette autonomie que nous cherchons à allonger le plus possible et qui nous a fait défaut pour profiter, une journée supplémentaire du calme des mouillages encombrés pour venir subir les affres d’une station balnéaire ou sont disponible entrecôtes et rhumerie.

Alors, dans les faits, les stocks de nourriture étaient correct, plus beaucoup de frais, mais la situation était tenable. Stocks d’eau, pas a block mais globalement nous ne craignions ni la déshydratation ni l’absence de douche.

Alors quoi ? Alors, le stock de rosé et de petit blanc était à vide… Comme celui de cigarettes. Plus rien, c’est malheureux mais c’est bien à l’origine d’une traversée sans histoire et sans vent.

A moins bien sûr que tout ceci ne soit qu’une vaste fumisterie pour profiter de la bonne compagnie d’Amandine (Coucou copinette 😉 !

L’affaire des colliers de la Reine

IMG_5424[1]Pour faire simple, il n’y a que deux choses qui nous cassent (très) sérieusement les pieds sur Takoumi… Les pompes a eau de toutes sortes, mais ça, vous le saviez déjà… Et les courroies d’alternateur, c’est peut-être une découverte pour vous, mais pour nous, c’est l’enfer sur mer.
Voilà donc depuis notre départ que nous galérons avec les alternateurs du bords… Les plus tordus d’entre vous dirons que c’est normal pour un alternateur d’alterner… Un peu comme un clignotant de voiture, je marche, je ne marche pas, je marche, je ne marche pas…
Mais dans la pratique, l’alternance de service est vraiment un gros points noir, pas le même genre que votre sœur ou votre femme adore pincer pour en faire sortir le pus, non, un point noire type Bison Futé « Ça passe pas ».
Hors, nous sommes depuis notre arrivée dans la zone d’Hyères à la recherche de la bonne courroie « qui va bien » pour notre alternateur de service. Manuela en avait trouvée une chez un marchand de motoculteur avant notre départ de Cogolin. Las, la dite courroie à vue son âme partir en fumée sur le trajet Cavalaire-Porquerolles.
Comment dire, vos bateaux sont équipés de courroies trop longues et vos voitures de courroies insuffisamment large.
Résultat des courses, nous en sommes à une courroie fondues, une courroie abandonnée pour cause d’étincelles et de flammes et l’actuelle, qui fait le job tant qu’on ne lui en demande pas trop (mais pas trop, ce n’est vraiment pas beaucoup, pas plus de 2000 tr/min, sinon, elle siffle).

Ces tests correspondent en vrac à :

  • 3 jours d’arrêt dans un port cher au possible, une visite au motoriste Volvo de Hyères (sympa comme tout, mais bon, le vénérable Perkins n’a rien d’un Volvo flambant neuf), une visite au chantier Amel de Hyères (classe, l’accueil, mais un bureau de vente sans tâche d’huile, ce n’est pas un chantier), un tour des ShipChandler de Hyères encore ….
  • Cerise sur le gâteau, une visite à pied jusqu’à « Euro voile », qui bénéficie sur ce coup de la médaille d’or de la parresse et du mauvais acceuil client. Ils le doivent à un petit merdeux qui ne bouge pas son cul pour t’aider alors qu’il a un mur de courroies à trois pas derrière son dos et qui quand il accepte de bouger sa misérable carcasse ne fait absolument aucun effort pour essayer de trouver ce dont tu as besoin et que tu es venu chercher après 25 minutes de marche sous le soleil.
  • Finalement, avec l’aide inespérée de Philippe (Pépé) qui nous prête une voiture, nous pouvons faire un aller retour à La Guarde pour acheter une courroie chez un revendeur de pièces auto, puis d’y retourner une seconde fois pour en acheter un autre modèle qui a ce jour équipe le bateau et fonctionne plus ou moins bien.

Bref, à ce jour, nous n’avons toujours pas trouvé notre  courroie idéale, (trapézoïdale pleine, 13mm par 620mm) et nous espérons bien la commander pour la récupérer à Golfe Juan.
Amis de la région, si vous recevez une telle commande, ne paniquez pas, c’est que vous avez été sélectionnés d’office 😉

Takoumi Tour – Juillet 2015

Aujourd’hui, quelques nouvelles du Takoumi Tour Juillet 2015.

Déjà, qu’est-ce que le Takoumi Tour ?
C’est l’occasion pour l’équipage de venir voir les copains avant de quitter le pays.
C’est aussi l’occasion d’acceuillir à bord tous ceux qui ont été refoulés pendant la (très) dure période des préparatifs. Ceux qui devaient venir et à qui nous avons finalement dit de ne pas le faire, ceux qui ont essayé de le faire mais à qui nous avons demander de ne pas le faire non plus et ceux qui auraient aimer le faire sans le dire et à qui nous aurions aussi demander de s’abstenir.

Quelle sont les étapes du Takoumi Tour ?
Le « TkmTour » se déroule en fait en ligne plus ou moins droite, suit la côte d’ouest en est, des iles d’Hyères à la frontière italienne.
Ont déjà eu lieue les étapes de Fréjus, Hyères et Porquerolles.
Dates importantes à venir, Le golfe de Cannes – Golfe Juan et les îles de Lérins, zone où nous resterons un bon moment.
Pour le moment, pas encore de dates précises (désolé JS), mais nous devons avoir quitter la zone « Porquerolles » ce jeudi 16, nous entendons par là, avoir passer au moins le cap de Saint-Tropez et si possible, le massif de l’Estérel. Autant dire que nous sommes à Golfe-Juan un peu avant le week-end du 18-19 et pas mal après.
Le reste du programmes vers l’est sera établis un peu plus tard, Antibes ? St-Laurent ? Villefranche ? Cap d’ail (bien oui, nous connaissons des gens au Cap d’ail) ? Menton (Ah mais, Bernard déjà venu non ?) ?

Qu’est-il possible de proposer sur la route du Takoumi Tour ?
Un peu ce qui vous/nous fait plaisir et qui représente une vie sociale bien chargée. Déjeuners, Dîners, Sorties en mer, Grosses fêtes.
La limite a conserver en mémoire est la capacité d’accueil limitée de Takoumi. Donc, pour les grosses fêtes, les dîners gargantuesques ou orgiaques et les déjeuners officiels, on est pas contre être accueillis chez l’habitant ou au restaurant 😉

Nous vous embrassons tous bien fort, et nous sommes impatients de faire une petite bringue avec vous.