Le voyage de Takoumi

Saison 2

Dernières nouvelles

Cuba Tranquila

La navigation au sud de Key West – une fois n’est pas coutume – s’est transformée en programme de lavage avec maxi-essorage, mais voilà…nous sommes arrivés à Cuba! Et nous avons adoré cette île, ce pays…

D’entrée les longues « Formalités » s’avèrent courtoises et bien organisées au ponton des officiels de la Marina Hemingway : mise sous scellé du téléphone satellite, visite du médecin thermomètre en main – un peu courbaturés, sous un soleil plomb et en manque de sommeil, nous craignons le résultat – mais n’affichons que 36 et quelque, nous sommes en grande forme dis-donc ! Bien plus tard dans la journée nous rencontrons l’un des 4 commandants du port pour signer un contrat – étrangement digne d’une entreprise américaine -et l’agriculture qui scrute scrupuleusement nos vivres : très bonne nouvelle : nous pouvons garder notre bacon parce qu’ils tolèrent depuis peu, une quantité raisonnable d’aliments frais à bord – du moment qu’ils ne quittent pas le bateau durant notre séjour…Rien d’illogique jusque-là et la question récurrente de la bicyclette s’explique en fin de compte, par la crainte des parasites incrustés dans les pneus!

Nous rencontrons alors Jonas, le gardien de sécurité du ponton avec qui nous entamons notre compréhension de « comment ça marche à Cuba? « . Il travaille 12 h par jour pour 26 CUC par mois (euros ou dollars c’est presque pareil). Bien qu’omniprésent, Jonas nous organise la possibilité de rejoindre La Havane dès le lendemain. Malheureusement la Marina s’avère un peu désuète, sale, et mal équipée, loin de tout et à 50 dollars aller-retour de La Havane…pas très commode pour nous malgré le sympathique snack ouvert 24 heures sur 24. Et enfin, à Cuba un shipchandler est en fait une supérette très faiblement approvisionnée.

Le CUC est la monnaie touristique ici, et ne se retire que dans les banques des grandes villes. Si bien qu’il est plus facile de l’échanger dans un hôtel ou une marina, même s’il coûte relativement cher – le plus souvent contre des dollars avec une commission de 13% ! Peu d’endroits acceptent les euros et nous n’en n’avons plus de toutes façons. Nous achetons donc quelques CUC à la Marina avant de nous rendre à La Havane où nous pourrons retirer des CUC par carte visa, dans la rue Obispo où se concentrent les banques. Nous mettrons un certain temps pour comprendre que chaque distributeur ne délivre qu’une coupure spécifique de billet – de 5 à 20 CUC selon….

IMG_4122IMG_4130IMG_4185

Le Vieux Havana à mi-chemin restauré promet d’être une des plus jolies villes que j’aurai eu le privilège de visiter. Il y a des travaux en cours partout mais l’ensemble a beaucoup de charme et l’ambiance y est unique.

IMG_4201  IMG_4189IMG_4144IMG_4133

La moindre petite échoppe résonne de tonalités de salsa ou de tubes des années ´80 orchestrées par les nombreux groupes locaux… Quelle ambiance ! En prime, les Cubains sont chaleureux, curieux, et cultivés.

IMG_4182IMG_4210 IMG_4211 IMG_4212IMG_4215 IMG_4217

Au détour du port nous découvrons les Centres d’artisans et le système de cartes internet centralisé par l’entreprise – que nous imaginons gouvernementale – Etecsa.

En fait nous en prenons plein les yeux tout au long de la journée en observant nombre de systèmes cubains bien particuliers : les files d’attente pour la distribution de denrées alimentaires, les bus, les ateliers de couture centralisés, les stops improvisés pour le système de covoiturage officiel….

IMG_4178IMG_4187IMG_4221 IMG_4205   IMG_4206IMG_4183    IMG_4174IMG_4175 IMG_4172IMG_4170IMG_4173    IMG_4167 IMG_4157

Nous sommes presque allés au musée de la Révolution…mais nous avons préféré continuer de nous imprégner de la ville – jusqu’aux portes de Chinatown : très différent de ce que nous attendions – puisqu’il n’y a pas de publicité ou d’enseigne ou de marketing, nous n’y avons vu aucun restaurant et quasiment aucun asiatique…

IMG_4148IMG_4200

Et au terme de cette belle découverte nous sommes rentrés en négociant une Chevrolet Impala au fonctionnement chaotique.

IMG_4236IMG_4230IMG_4225IMG_4224

De retour au bateau, nous allons au Supermercado ayant besoin de frais mais il se résume à une allée pour les pâtes, un rayon chips et l’autre pour la bière et le rhum. Le boucher à côté vend du jambon cuit d’Espagne de la marque Bravo, du fromage indescriptible…très mauvais et deux produits surgelés. Il y a des vendeurs ambulants dans le village voisin qui proposent légumes, fruits, poulet, porc mais pas grand chose, et il faut les consommer tout de suite. Le lait, le beurre, les œufs se trouvent difficilement voire pas du tout par ailleurs, ou nous imaginons, en se débrouillant…Une partie des denrées sont distribuées aux familles Cubaines mais ne leur permettent de se nourrir qu’une semaine par mois à l’heure actuelle d’une économie moyenne. Mais comme nous le dira quelqu’un plus tard, les cubains ont de la tranquillité dans un environnement non luxueux mais qui n’affiche pas de richesse à laquelle l’un souhaite accéder. J’ajouterai la bienveillance de ces êtres encore solidaires qui vivent simplement voire durement, et dépendent naturellement des uns et des autres dans une société encore dans l’échange et l’entraide plutôt que dans l’esprit de possession personnelle. Ils n’ont guère le choix et ce qui m’a paru leur manquer le plus est la possibilité de voyager, de quitter cette île pourtant très curieuse et avertie des actualités du reste du monde. Dans chaque îlet ou bourgade l’on nous a parlé de notre présidentielle imminente – ignorée par quasiment toutes nos rencontres en Floride…

Mais revenons à nos moutons….la cambuse un peu vide, nous allons dîner au restaurant de la Marina, pas fameux mais correct – inabordable pour les Cubains. Et lorsque nous commençons à danser en plein air à la discothèque d’à côté, nous sommes invités par un groupe de jeunes plutôt curieux, à participer à leur danse de groupe…Nous ne saurons jamais de quoi il s’agissait mais nous sommes partis courtoisement très vite après que la plus jeune fille sexy du groupe ait pris Olivier à part en lui suggérant que nous nous re-localisions dans un bungalow sur la plage en leur compagnie…

Le lendemain, après de multiples tentatives de location de voiture, sans succès, nous nous sentons un peu coincés dans cette Marina, malgré toutes les rencontres intéressantes de voisins navigateurs . Dont Léna, sympathique aventurière suédoise qui souhaite naviguer en Antarctique, qui va nous conseiller sur le programme des jours qui suivent. C’est décidé, demain nous irons à Vignales dans la montagne !

IMG_4242

À vos marques … Prêts … Partez !

Suite à ces quelques jours de vraie galère : moteur en panne et mouillage très chahuté qui nous vaudra nombre de tours complets et un réveil nocturne voisin craignant la collision…nous avons changé de mouillage – grâce à Matthew et à Mark rencontrés au très accueillant Key West Bite restaurant. Qui plus est, on annonce vent fort samedi donc nous avons contourné Flemming Key jusqu’au Mooring Field de la City Marina de Garisson Bite, bien plus calme et dans le sens du vent (et non du courant…)

Bon, le trajet en bus nous a pris toute la journée pour nous présenter à la Marina et récupérer les pièces du hors-bord (Mercury) chez Murray’s Marine a Stock Island. Nous avons découvert une autre partie de la ville, plus calme, plus locale et somme-toute apaisante durant le reste de notre séjour.
Le principal, l’objet de notre attente : le carburateur remplacé notre moteur d’annexe ronronne comme neuf! (Ndla: Mercury:4 ; Olivier:300, victoire finale) Nous avons fait nos courses chez Faustos – super adresse – en vue du départ pour Cuba maintenant prévu mardi…décalé depuis à mercredi à cause des orages…

Nous ne pensons pas avoir de wifi à Cuba donc profitons de ces dernières connections pour vous embrasser – les États-Unis c’est fini – et rendez-vous à Cuba ou au Panama début Mai, prochaine étape de notre route.

A l’ouest à Key West

Par une journée ensoleillée, nous faisons une belle arrivée à la voile dans le chenal principal de Key West. Et notre mouillage est choisi au plus proche du port après avoir fait le tour des possibilités. Pour nous y rendre, il faudra « seulement » traverser le chenal et la place semble protégée du coup de vent du nord attendu.

Nous passons le reste de la journée à bord, repoussant une éventuelle sortie à terre au profit d’un repos bien mérité et de la contemplation de magnifiques « schooners », vieux gréements traditionnels à deux mâts, ré-armés pour des sorties touristiques à la journée à l’instar d’une multitude de catamarans nettement moins sexys, submergés par une foule de touristes.

PENTAX ImagePENTAX ImageIMG_4059

Nous n’allons pas à terre non plus la journée suivante, mais pour une raison tout autre … le moteur hors bord refuse obstinément tout service et une journée complète et entière (10h-18h) de mécanique n’y changera rien … Mercury:1 Olivier:0 …

PENTAX Image

Encore une grosse matinée de bricolage le lendemain … Mercury:2 Olivier:0 … Nous irons à terre avec le moteur au ralenti, fonctionnant uniquement au starter …

PENTAX Image
Nous retrouvons tout de même avec plaisir Key West et le « Schooner Wharf » comme nous l’avions laissé lors d’un précédent voyage et profitons des abords de la Marina.
Conseils et matériel technique sont disponibles au magasin « WestMarine » où nous allons nous fourbir en armes contre notre récalcitrant moteur. Quant au repas et au wifi, ils nous sont prodigués par les bons soins du « Turtle Kraas » face au dinghy dock surchargé.
A l’issue d’une course de tortues où Manuela a parié pour moi sur l’athlète gagnante, j’ai le plaisir de participer à une sorte de tombola / jeux dit « des boites » organisé dans l’établissement. Comme la majorité des participants, je repars bredouille, mais heureux d’avoir profité de l’ambiance distillée par un organisateur adepte des retournements de situation « à la Arthur ».
Nous rejoignons donc le bord avant le coucher du soleil (sécurité oblige), rassasiés, informés et prêts à en découdre avec l’insolent hors-bord.

Même avec un peu d’équipement, la matinée de mécanique s’éternise bien que je marque des points jusqu’à l’ultime remontage au cours duquel, la sale petite pièce responsable de tous nos maux décide unilatéralement de prendre son indépendance et de partir prendre un bain … Mercury:Victoire par KO !..

Les jours suivants, nous irons en ville … à la rame ! Bienheureux d’avoir ancré au plus près de la marina. Et nous profitons de quelques jours de détente octroyés par le week-end et une météo pas vraiment favorable pour reprendre des activités plus dans nos habitudes telles que de longues pauses en terrasse pour reprendre des forces entre deux promenades « découverte » dans la ville suivant les indications de notre amie Shelly de « Planet Waves », une locale de l’étape rencontrée en Guadeloupe. De toutes façons, la misérable petite pièce commandée le lundi n’est prévue que mercredi … Autant en profiter !

IMG_4102IMG_4105IMG_4107

IMG_4063IMG_4066IMG_4067IMG_4068IMG_4071IMG_4072IMG_4075IMG_4076IMG_4077IMG_4080IMG_4081IMG_4086IMG_4087IMG_4090IMG_4091IMG_4092IMG_4095IMG_4096

 

Dur-Dur la Reprise !!!

Ou comment rallier Fort Pierce à Key West en 6 jours au lieu de 3 !

Du départ de la Marina au lendemain matin, tout va bien malgré le fameux « Gulf Stream » que nous devons remonter et qui nous ralentit beaucoup. Les choses se compliquent à la latitude de West Palm Beach quand le courant devient plus fort et que, même au moteur, nous peinons à avancer à plus de 3 nœuds … Ça promet d’être long !..
Un peu plus tard, en fin de matinée, le vent force sérieusement et lève des vagues de plus en grosses qui ralentissent encore notre progression jusqu’à la stopper … Cela nous apprendra, incorrigibles optimistes, à braver de concert le courant marin le plus connu du monde avec le vent et la mer contre nous. Finalement, sans autre choix et surtout aucune envie de subir cette situation toute la nuit, nous rebroussons chemin vers West Palm beach où nous trouvons refuge et mouillage dans les « intracoastal waterways », les canaux intérieurs de la côte Est des Etats-Unis qui servent de « route à bateau » alternative à la haute mer.

PENTAX Image
Le vent est si calme au matin qu’il ne nous permet pas d’affronter le courant dans sa partie la plus forte. Tant mieux, nous en profitons pour nous lancer dans l’expérience des fameuses « intracoastal waterways » !

Bien que nous ayons tous les deux obtenu notre permis « extension fluviale » cet été en France, nous n’avons jamais navigué le long d’un canal, et notre expérience des « ponts à bascule » se résume à deux entrée-sortie de l’Etang de Tau à travers la ville de Sète. C’est assez léger comme expérience, mais quant il s’agit de se lancer, nous savons y faire et ce sont pas moins de 19 ponts (oui oui, vous avez bien lu, dix-neuf !) qu’il nous faut franchir pour rejoindre la prochaine sortie à Fort-Lauderdale.

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image
En fait, nous prendrons le coup de main en 3 à 4 ponts seulement, c’est finalement assez simple … Au sortir d’un pont, il faut déterminer la distance au prochain et décider s’il convient de flâner ou de se précipiter en fonction de l’heure d’ouverture du suivant, puis, en vue du pont, se signaler sur le canal 9 et attendre plus ou moins longtemps l’ouverture pour enfin s’insérer dans le tumultueux traffic des petits et gros bateaux.
Bien entendu, si attendre, parfois 25 minutes quand on manque de chance, sans bouger est parfois compliqué le vrai coup d’adrénaline survient quand, après une course effrénée, le pont est atteint en retard sur son ouverture et qu’il faut alors continuer sur sa lancée pour le franchir juste avant sa fermeture … Et, de ceux là, il y en a un certain nombre !

PENTAX ImagePENTAX Image

Pour le reste, la waterway est comme une grande avenue américaine bordée de maisons et de résidences « pieds dans l’eau », souvent luxueuses, parfois plus raisonnables. Les pontons privés fleurissent de part et d’autre, surtout dans les cours d’eau secondaires qui sont à la « route d’eau » l’équivalent des allées des quartiers résidentiels « terriens ». Les usagers y circulent donc en bateau à moteur comme s’ils prenaient leur voiture depuis leur allée mais pour se rendre en mer, à la pêche, juste se promener, ou même directement chez des amis !

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image
À vrai dire, nous nous étonnons que sur les rives, il n’y ai que quelques rares cafés/restaurants et aucun commerce. Sans doute parce que tous les emplacements sont occupés par des propriétés privées ? Dans tous les cas, je pense qu’il y aurait un business à faire ici, peut-être un combiné bar-terrasse/épicerie/shipchandler ?

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

Quand le soleil commence sa descente, nous nous organisons un mouillage dans la petite baie de Lake Santa Barbara plutôt que de poursuivre à la lueur des feux de la ville. Il ne reste que quatre ponts jusqu’à la sortie et nous en avons quand même franchis 15 au cours de cette journée. Si nous étions partis plus tôt, nous aurions eu les 19 sans difficulté, mais nous serions retrouvé en plein cœur de Fort Lauderdale pour la nuit, et cette situation n’avait pas notre préférence.

PENTAX Image

À peine ancré, nous recevons la visite de Mario le Québecois qui vient nous saluer à la faveur de la promesse francophone de notre drapeau français ! Nous l’inviterons à bord pour « faire salon » et discuter un peu. Il est un plaisancier inexpérimenté et vient d’acheter pour un très bon prix un très beau voilier presqu’aussi grand que le notre … mais dans un état qui l’oblige pour ainsi dire à le restaurer depuis le fond de cale jusqu’à la tête de mât ! 3 mois qu’il galère, et disons le franchement, dire qu’il y a encore du boulot … c’est peu dire !.. Quoi qu’il en soit, nous apprécions beaucoup la simplicité bourrue et le langage coloré de notre étrange invité, mélange inattendu de camionneur/bûcheron canadien et de « bagpacker » désorienté.

Au lendemain, les 4 derniers ponts seraient une simple formalité si l’ultime ouvrage d’art de ce périple intérieur n’avait recelé une pépite. Disons que plus nous nous approchons de la sortie de Fort Lauderdale et plus le traffic se fait dense pour constituer une file ininterrompue de bateaux.
Dans cet configuration où la place pour manœuvrer est comptée, nous approchons du dernier pont et bien que nous pensions pouvoir passer dessous en position fermée, nous sommes assez déçus de manquer l’ouverture de peu, très peu … trop peu …

 

PENTAX ImagePENTAX Image
Nos documents sont contradictoires, 45 pieds de hauteur libre pour l’un, 55 pour l’autre. Au dernier calcul (j’y reviendrai), nous mesurions 45 pieds de tirant d’air : à 55 on y va ; à 45, on n’y va pas.

PENTAX Image
Les discussions VHF sont difficiles car encombrées, et à la troisième tentative, le pont répond enfin à notre demande insistante de confirmation « lisez la jauge fixée sur la pile de pont, nous ne sommes pas autorisés à vous donner cette information ». Autant dire que nous sommes furieux, ça nous fait une belle jambe car quand nous serons assez proches du pont pour lire cette fichue jauge, il ne nous sera plus possible de faire marche arrière … Heureusement, une âme compatissante, sans doute aussi indignée que nous de la réponse des gardes ponts, nous indique la hauteur libre « 55 pieds à marée haute sur mes documents » !

PENTAX Image
Soulagés, nous pouvons poursuivre dans le flux de circulation jusqu’à la fameuse jauge qui indique 56 pieds au moment où nous nous engageons. Ma parole, que ce moment est stressant ! Que le mât est grand ! Que l’antenne est proche du tablier du pont … mais, mais, nous allons nous prendre dans les feux suspendus !.. Non … c’est passé mais pas loin de la punition quand même.

PENTAX Image
Pour le reste, après avoir évité un pétrolier qui prend la même sortie que nous, il ne s’agit plus que d’évoluer calmement vers la sortie dans une cohue désordonnée de bateaux tout aussi impatients que nous d’atteindre les eaux libres.

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

En mer cette fois, après une belle journée et une nuit super, la houle redevient inconfortable et impressionnante en face des « Florida Keys ». Comme une grande fatigue s’additionne à une météo peu engageante, nous décidons de faire halte à mi-chemin de Key West et ouvrons la liste des mouillages des Keys téléchargée in-extrémis avant notre départ … Mais à notre grand désarroi, aucune place praticable ne protège du vent d’Est … Double confirmation de l’analyse des cartes, nous semblons obligés de continuer dans la nuit agitée qui s’annonce et aucun moyen pour nous de passer sous la route US1 dont le plus grand pont « culmine » à 6m50 de hauteur libre.

Franchement désireux d’éviter les complications et, il faut le dire, assez honteux de notre manque de préparation, nous tentons tout de même l’approche d’une baie où nous pourrions éventuellement ancrer … pas idéal mais jouable.
Même s’il ne faut jamais compter dessus, il faut parfois un peu de chance et à l’approche de la baie, nous repérons un grand et magnifique pont salvateur ! Le « Five Channel bridge » que nous n’avions pas repéré sur nos cartes électroniques : 65 pieds de hauteur libre, c’est Bysance ! Enfin, pas tant que ça, même si cette fois nous avons la garantie de passer dessous, le sentiment de proximité du haut du mât et du bas du pont est bien présent quand même … Plus tard, au mouillage, nous reprendrons nos calculs et conviendrons d’un tirant d’air de 50 pieds tout compris. Rétrospectivement, nous repensons avec angoisse aux 55 pieds du pont de Fort Lauderdale …

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

L’île de « Matecumbe Key », qui était l’un de nos lieux préférés quand 5 ans auparavant nous avions visité cette région, abrite notre mouillage pour la nuit. Celui-ci est un peu compliqué à trouver à cause de notre fort tirant d’eau, mais l’île nous accueille confortablement dans une zone où aucune carte n’indique de mouillage. Comme nous encourageons 4 autres émules à ancrer ici, peut-être le sera-t-il prochainement, allez savoir.

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

Bien que nous poursuivions notre périple par le « Hawk Channel » bien mieux protégé que la haute mer, une étape supplémentaire nous est nécessaire avant Key West pour éviter une arrivée de nuit. Et fort de notre inexpérience de la veille, nous repérons une belle étendue d’eau suffisamment profonde planquée derrière « Big Munson Island », au sein des « Big Pine Keys » avant de partir … sereins.
Mauvaise pioche … le « Newfound Harbor Channel » se révèle étriqué et ses abords encombrés de bouées et de hauts fonds. Nous y talonnons deux fois alors même que nos cartes nous promettaient une somptueuse hauteur d’eau à ces endroits.

PENTAX ImagePENTAX Image
Qu’à cela ne tienne, nous ancrons au centre du chenal et contre nos prédictions, personne ne vient y redire, bien que chacun des nombreux passages révèle un inévitable moment d’indécision pour les canots à moteurs … passeront-ils par la droite où la gauche ? J’y vois l’effet bénéfique (il en faut bien un) d’un comportement individualiste qui veut que tant que la gêne n’est pas excessive, l’individu ne cherche pas la coercition systématique à l’égard d’autrui, un comportement que nous autres français ferions bien de méditer il me semble.

Pour revenir à notre voyage, cette difficile navigation vers « Key West » altère quelque peu notre enthousiasme et nous nous posons nombre de questions sur la suite de la route. Nous sommes désormais trop habitués aux navigations faciles vent portant, à la chaleur et aux étapes diurnes … dans le plus fort de la houle, nous irons même jusqu’à proférer la suggestion de retour par le Canada ! La Patagonie nous appelle encore, mais le chemin est long, très long. Takoumi s’use; nous aussi. Tiendrons-nous tous les 3 l’étendue de ce qu’il nous reste à parcourir ? Ce n’est que le début du second voyage tant la Terre de feu semble encore loin …

Les Vacances !!!

Arriver aux Etats-Unis à la barre de mon propre voilier est pour moi un grand moment de la vie. Je ne saisis pas l’intime explication de cette évidence, à l’approche du chenal de Fort Pierce au nord de la Floride mais, j’ai des fourmis dans le ventre, et suis toute impressionnée, impatiente de toucher cette terre que je connais si bien depuis ma tendre enfance. Et lorsqu’au beau milieu du chenal parsemé de pêcheurs dans un courant non négligeable le CBP – Customs and Border Protection nous aborde en route, je leur fais même part de mon exaltation en réalisant je crois, tardivement, l’ampleur du chemin que nous avons parcouru !

PENTAX ImagePENTAX Image

La procédure du contrôle est assez rigolote : deux hommes montent à bord et nous demandent de garder notre vitesse, de ne plus rentrer dans le bateau et de ne pas nous parler en Français pendant leur visite – petite blague de l’officiel : pour que je ne dise pas à mon mari de l’agresser sans qu’il ne comprenne qu’il est en danger… Ensuite l’un nous surveille et l’autre entre dans le bateau, et nous explique en ressortant qu’il cherche « Drugs and Aliens » – des drogues et des extraterrestres somme-toute notamment des Bahamas très touchés par le récent cyclone Matthews. Je suis toujours d’excellente humeur et plaisante même avec l’officiel en lui demandant s’il en a trouvés des ET … ce qui le fait sourire heureusement!

L’épisode terminé, nous avançons un tout petit mille dans les ICW – les Intercoastal waterways c’est-à-dire le Indian River qui longe la côte est des Etats-Unis par l’intérieur, à l’abri de l’océan. Le chenal de la Marina s’avère très étroit, long et peu profond, Takoumi talonne une paire de fois dans la vase lors de ma manœuvre de port! Mais voilà, nous sommes arrivés place D16 à HarbourTown Marina, Fort Pierce, FL USA.

IMG_3634PENTAX ImagePENTAX Image

Nous avons vite loué une voiture – et failli nous retrouver avec un grand van – pour aller rejoindre la famille en Caroline du Nord : cette première partie du séjour américain nous fait découvrir Wilmington, voir la neige (si si!?) et surtout profiter chaleureusement de la famille Segura Burg, mon frère Cedric, Otilia, leurs cinq enfants et mon père qui est de passage. Nous avons le temps de nous rhabiller dans les quasi-outlets, et de nous équiper d’une belle nouvelle annexe – commandée sur Amazon en fin de compte. L’accueil est formidable et nous avons l’impression étrange d’être en vacances à terre, jouissant de lits confortables, de repas copieux et de douches d’eau douce quotidiennes….c’est le comble pour vous, je m’en doute mais nous vous raconterons plus tard combien la reprise a été difficile au terme de ce mois de relâche….

IMG_3641IMG_3688PENTAX Image

Cédric m’apprend à faire du pain :

IMG_3686  IMG_3699IMG_3652

IMG_3695IMG_3708

La neige !!!!

IMG_3778 IMG_3777 PENTAX Image

L’anniversaire de petit Cédric et Adela au Gymnase !

IMG_3747

Même à terre, Olivier ne s’arrête pas de bricoler – l’aspirateur est en panne !

IMG_3783

Pour l’heure, il est malheureusement temps de quitter le cocon familial et nous en profitons pour faire un mini road-trip en nous arrêtant à Savannah et Saint Augustine fiefs du sud et de la Géorgie et plus anciennes villes des États-Unis. Nous célébrons notre second anniversaire de mariage à Savannah que nous trouvons magnifique parsemée de beaux édifices anciens, fontaines – vertes à l’occasion de la St Patrick – statues et de places harmonieusement arborées.

IMG_3792IMG_3798IMG_3806IMG_3813IMG_3816IMG_3821IMG_3822IMG_3832IMG_3837IMG_3855IMG_3858IMG_3864

(Note De l’Autre Auteur : Savannah est effectivement une excellente étape de notre road trip. Nous avons toujours été intrigué par cette ville dont le nom nous plait tant et dont nous croyons nous souvenir qu’elle accueille le fameux « Domaine de Tara », inexpugnable résidence de Scarlett O’Hara … Toutefois, la seule référence cinématographique à la ville dont nous avons vent est le banc de « Forest Gump » ! … Toujours est-il que l’hôtel repéré par ma belle sœur Otilia, qui m’a plus qu’encouragé à y faire étape malgré un tarif prohibitif, est particulièrement bien situé, en plein cœur historique de la ville, à portée de marche du front de mer et de ses cafés/restaurants/bar-à-huîtres. Nous dînons d’ailleurs dans une taverne à deux pas de l’hôtel, évitant sans le savoir, le restaurant guindé attenant pour nous retrouver dans l’ambiance chaleureuse d’un bar en sous-sol où les clients avinés chantent pour accompagner, avec plus ou moins de bonheur, la pianiste live. )

IMG_3789IMG_3791

Le lendemain nous dormons dans un motel en face le l’ICW, dînons italien chez une grecque et dégustons le bacon and eggs and pancakes dans un Diner à Saint Augustine, dont les nombreuses galeries et petites allées – moins enchanteresses qu’à Savannah – nous promènent agréablement.

IMG_3883IMG_3881 IMG_3890 IMG_3891 IMG_3894 IMG_3896
Enfin, c’est la Daytona Bike Week sur le chemin, alors nous nous arrêtons face aux défilés de motos en écoutant les concerts de Country Music – ce sont surtout des Harleys Davidsons mais il y a aussi quelques excentricités… (note de l’autre co- capitaine: me suis loupé pour le Bol au Castelet, j’ai un peu foiré le Faron du moto tour, mais là … j’ai repris de l’avance … dédicace pour mon Guigui 😉 )

IMG_3929IMG_3926IMG_7146IMG_3918IMG_3939

Pendant le voyage de retour :

IMG_3788IMG_3875IMG_3869

De retour à Fort Pierce, c’est le Seafood festival en bord de l’ICW. Nous avons vu qu’un apéritif s’organisait à la Marina alors nous nous y rendons en fin d’après-midi à 17h30 avec du vin et du fromage en bons Français…pour nous rendre compte que les américains sont déjà en train de dîner : Chicken et patato salad en quantités sont à notre appréciation … Notre social ne marche pas très bien pendant ce début de soirée aussi, déçus de rentrer au bateau, nous nous joignons aux voisins qui discutent sur notre ponton. Ils attendent le décollage de la fusée de Cap Canaveral, que nous verrons ensemble en buvant un délicieux Rhum de Nassau.

IMG_3943IMG_3952IMG_4005IMG_3984IMG_4021IMG_4031

Ponton D – rocket launch !!!!

Toujours véhiculés, nous repartons à West Palm Beach au sud passer un court séjour chez Bill et Sharon, les père et belle-mère de mon beau-frère Andy (vous suivez j’espère :), et profitons une dernière fois de l’hospitalité et la générosité de nos hôtes qui nous présentent leurs bons amis également passionnés par la voile. Je ne me lasse pas de succulents « filet steaks » et de petits déjeuners complets à l’Américaine!

Par la suite, nous avons plus que sympathisé avec Laura, Susan, Vince et Eldon en réitérant les réunions du ponton D tous les deux soirs. Laura et Susan m’ont fait découvrir le marché et les artisans du centre historique de Fort Pierce. Vince m’a même réparé ma canne à pêche ! Et alors qu’Olivier et moi travaillons dur pour finir toutes les bricoles sur Takoumi avant notre départ, j’avoue avoir eu bien du mal à quitter cette Marina après la bienveillance familiale et à l’aube de ces nouvelles rencontres attachantes.

Voyager c’est aussi malheureusement partir sans cesse et parfois difficile…mais pour tout vous dire, ce qui nous y encourage est la conscience que nous prenons, à cette étape encore, de n’être toujours pas chez nous.

IMG_4040

Ronnie’s Island

Great Harbor à Berry Island sera pour nous l’Ile de Ronnie, ancien capitaine, pêcheur professionnel et au passage, tenancier du seul bar restaurant du village!

IMG_3619
Mais avant de le rencontrer, nous avons commencé par visiter la Marina excentrée nourrissant nos espoirs de rencontrer de la vie, pensant y trouver un ATM pour renflouer nos poches presque vides…et pourquoi pas, y trouver une terrasse accueillante ? Le chemin menant à cette étrange Marina bordée d’appartements de vacances nous fait passer dans un long couloir de mer entre la pierre et traverser un grand lagon.

IMG_3610

IMG_3602

IMG_3598

Arrivés, nous nous mettons à couple d’un bateau de pêche pour escalader par une échelle le haut ponton devant les quelques âmes qui errent ou s’affairent à terre. Nous comprenons rapidement qu’il n’y a pas de possibilité de retrait d’argent et encore moins de terrasse accueillante ici, si ce n’est un snack fréquenté par deux sympathiques québécois arrivés depuis la veille et ancrés à nos côtés au mouillage. Eux ont déjà visité le bourg et nous préviennent qu’il n’a pas plus d’intérêt que cette Marina toute moche, et que nous ne trouverons rien d’autre à cette escale que ce snack quasiment déserté… C’est trop triste alors nous relevons tout de même le défi et convenons – avec nos voisins – que si nous ne trouvons rien en ville, nous passerons boire l’apéritif à leur bord avec grand plaisir !

IMG_3606

Rejoindre le village prend autant de temps mais arrivés au dock gouvernemental, nous ne marchons pas longtemps avant de taper à une porte, dubitatifs, mais devant laquelle nous avons remarqué une jolie table ronde et un semblant de parasol. C’est maintenant que nous rencontrons Ronnie qui paraît lui-même surpris que nous ayons trouvé son humble demeure. Il nous accueille immédiatement en nous invitant à nous assoir au « bar » et discuter avec lui. Ce n’est qu’un minuscule troquet très local, pas étonnant que nos québécois aient pensé qu’il était fermé! Mais nous sommes rassurés d’y voir défiler un certain nombre des habitants du village venus emporter leur déjeuner.

IMG_3613

Ronnie nous raconte alors « ses » Bahamas et dit qu’il est facile d’y vivre avec un bateau et quelque talent de pêcheur car les Bahamiens ont le droit de vendre le fruit de leurs efforts sans formalités ou taxes au coin d’un ponton ou d’une rue. Son rêve est de développer son établissement en installant cave à vins – italiens de préférence – et ponton pour accueillir les dinghys en face de la route. Mais son véritable souhait serait de se racheter un bateau à moteur – un Trawler de préférence ( n’est-ce pas cousins :) ) afin de voyager d’île en île avec son épouse en pêchant pour gagner sa vie. Tous deux ont cumulé sept enfants dont une fille qui étudie le Français et rêve de faire son stage de fin d’études en France – nous ne manquerons pas de l’y aider si besoin !

Je profite de l’expérience de notre hôte pour découvrir le fameux spear fishing des Bahamas. En effet, la loi interdit les fusils harpons au profit de la pêche à la lance. Ronnie nous explique qu’il s’agirait d’empêcher les Bahamiens de s’entretuer s’ils avaient le droit de posséder un quelconque objet ressemblant à une arme, de loin ou de près…Son matériel est impressionnant et je trouve dommage, contrairement à Olivier, qu’il n’y ait aucun magasin de pêche dans le coin…

IMG_3612

Entre temps la journée est déjà bien avancée, et nous demandons à Ronnie s’il pourrait nous faire goûter du Spiny Lobster si nous revenons dîner dans son boui-boui – sachant que nous devons encore retirer de l’argent…Nous tentons la banque qui vient de s’installer mais malheureusement l’ATM ne marche qu’avec les cartes bleues locales – malgré l’affichage Visa -qui ne semble jamais fonctionner aux Bahamas ! Ronnie téléphone à la Marina qui nous envoie au supermarché demander l’aide du manager qui pourrait nous rendre du liquide en nous facturant notre carte bleue…Il est en congés et ils n’acceptent pas la carte bleue de toutes façons ! Rien n’y fait, personne ne peut nous donner d’argent ici non plus, mais Ronnie souhaite vraiment nous faire plaisir donc nous convenons d’un repas – succulent – de spiny lobster pour deux pour tous les petits dollars qui nous restent ! Nous n’avons jamais revu nos voisins québécois et passé la soirée avec Ronnie, et son épouse.

IMG_3616

Son île nous a laissé de jolis souvenirs de notre dernière étape aux Bahamas que nous quittons le surlendemain. Nous naviguerons une trentaine d’heures pour rejoindre les Etats-Unis et pour l’anecdote, je manquerai de pêcher un dernier magnifique thon jaune – parce qu’un certain Olivier chargé de l’épuisette, ne souhaitait pas trop salir le bateau et attendre avant de le remonter à bord !?

IMG_3596

Au nord d’Eleuthera

Passé l’orage, nous faisons route plein nord, au près, de Hatchett Bay jusqu’à Royal Island. Contre toute attente, nous ne subissons pas la pluie mais bien la houle résiduelle de ces derniers jours de vent soutenu… Si bien que nous ne sommes absolument pas sûrs, arrivés devant, de parvenir à franchir l’étroit « current cut » qui nous permet de sortir du grand banc de sable de l’île d’Eleuthera! Le suspense est à son comble et l’expérience s’avéra assez mémorable. Le Current cut est une passe profonde de seulement…30 m de large dans laquelle sévit un fort courant (jusqu’à 8 nœuds il paraît) qui s’aborde à l’étal – c’est à dire aux abords de la renverse d’une marée, lorsque le courant est le plus faible – et de préférence à marée haute. Compte tenu des horaires nous l’avons passée à marée basse, en retenant notre souffle…les remous à la sortie en sont d’autant plus impressionnants…on ne s’ennuie jamais aux Bahamas !

IMG_3474IMG_3478IMG_3482IMG_3488IMG_3495IMG_3499IMG_3500IMG_3502

Après quoi nous arrivons dans un mouillage calme, mais calme….il n’y a rien ici, à part les ruines d’un ancien Club Med à jamais délaissé, mais nous y sommes à l’abri du vent d’ouest…

IMG_3576IMG_3515
Le premier matin au mouillage, je tente ma chance et pêche 3 poissons en une seule prise – grâce à mon leurre de crevettes à 5 hameçons! Ce soir nous nous régalerons des 3 petits « Jackfish » d’après un d’habitant de l’île a qui j’ai montré les photos de mes victuailles.

IMG_3519
La météo reste terne et le vent contraire alors un peu las de ce petit bout de terre, nous décidons tout de même d’entreprendre la route pour Spanish Wells, l’incontournable île de la région à quelques milles de là. Seulement voilà : nous ne devions pas y aller à Spanish Wells – par manque de profondeur, aussi l’expédition consiste à sillonner les tâches blanches au GPS (plus profondes) en évitant les bleues (moins profondes) afin de nous en approcher le plus possible, dans l’idéal à moins d’un mille pour finir la route en dinghy….

On ne le dira jamais assez, naviguer dans les eaux turquoises des Bahamas est une belle formation et requiert une bonne dose de concentration pour une poignée de milles… Le temps de route est tout autre qu’ailleurs, et tu « serres souvent les fesses » comme dit Olivier ! Le moment de poser l’ancre est alors un instant de triomphe – dans 2,2 m d’eau à marée basse – 1,8 m affichés au sondeur, pour ceux qui suivent…Takoumi est bien seul aujourd’hui au milieu de cette étendue d’eau qui ressemble en réalité à un jacuzzi. La balade en dinghy est heureusement rapide dans le sens du courant et des vagues – aïe aïe aïe que je crains le retour!!!

Mais la découverte de Spanish Wells vaudra toute notre peine, cette île s’organise le long d’un bras de mer parsemé de bancs de sable et jonché de petits pontons, de toutes tailles d’embarcations de pêche et d’un joli yacht club sur pilotis. L’histoire de cette île nous rappelle un peu St Barth. La population est blanche et parle anglais avec un accent british « BBC » aux tonalités américaines et australiennes mélangées…accueillante et plutôt bon marché – pour les Bahamas bien sûr ! Nous nous promenons en évitant les golf carts qui circulent – à fond – sur la « nationale » et visitons supermarché et shipchandler- pour le plaisir plus que par nécessité :) . C’est notre premier vrai ship aux Bahamas, si nous ne comptons pas le magasin de bricolage de Georgetown de Great Exuma…Ce n’est pas ici que nous changerons notre annexe qui , d’ailleurs mérite à présent une médaille…elle nous ramène au bateau à peine mouillés, contre les vagues et face au vent! Et nous pouvons vite rejoindre notre calme mouillage de Royal Island pour la nuit.

IMG_3522IMG_3524IMG_3528IMG_3529IMG_3530IMG_3532IMG_3533IMG_3535IMG_3536IMG_3537IMG_3538
Le lendemain nous organisons notre dernière expédition avant de quitter Eleuthera pour les Berry islands, dernière étape avant la Floride. Il s’agit de rencontrer les cochons sur Meaks Peak et la promenade est revigorante. Et entre nous, il n’y a pas de plaisir plus grand que de se baigner seule, au bord d’une grande plage qui semble n’être qu’à nous…

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

Départ pour Berry Islands à 17h pour 80 miles. Le vent n’est plus contraire, en fait il n’est plus du tout…donc ce sera au moteur ce que nous nous rappelons n’avoir fait que deux fois depuis que nous sommes de ce côté de l’Atlantique. Je me demande souvent si la Méditerranée ne nous paraîtra pas bien capricieuse, et la terre un peu trop ferme au-delà de cette belle aventure…

IMG_3554IMG_3555

Privés de wifi

Aujourd’hui, je vais éviter de revenir encore et encore sur les mêmes descriptions de navigation pour entrer directement dans le vif du sujet, l’hôtellerie de luxe aux Bahamas … Non, je n’ai pas eu l’autorisation de séjourner à grand frais dans une chambre avec vue sur mer. Ça, je le fais quotidiennement sur Takoumi. Ce qui est nouveau, c’est notre arrêt express à Highbourne Cay, île privée à « policies » (« règlement internes » pour les anglophones).

Alors, je reconnais, c’est super joli, pour ainsi dire paradisiaque après des jours de vagabondages. Les installations de la marina sont complètes et accueillantes, la supérette bien que de très petite surface est bien achalandée. Nous prenons beaucoup de plaisir à retrouver momentanément une installation touristique à l’apparence familière où nous pouvons enfin commander un « sirloin steak » trop cuit et hors de prix.

IMG_3326IMG_3332IMG_3333IMG_3334
Petit à petit, comme nous discutons un peu, le vernis s’effrite. En fait, l’île est privée et est gérée comme l’entendent ses propriétaires nassoviens. « All included » pour les riches clients, mais les « gens des bateaux » n’y semblent que tolérés. Il existe même un tarif pour pouvoir s’aventurer plus loin au cœur de l’île.
Pour nous, le souci est qu’au milieu de tout ça, le wifi est réservé aux « guests » de la marina. Pas de dérogation possible, c’est la « policy » … et pourtant on a bien essayé … Dommage pour le wifi, j’aurais fait des courses terribles dans cette supérette.

Bref, nous quittons séance tenante l’empire consumériste d’Highborn Cay pour nous réfugier dans un proche mouillage entre Leaf et Allan Cay. Nous le trouvons fort encombré et l’espace disponible avec suffisamment d’eau est si réduit que nous toucherons le fond encore une fois en manœuvrant autour d’un voilier naturiste (non, je n’ai pas été distrait, pas du tout … quoi qu’il en soit, ça ne serais pas passé).

PENTAX ImagePENTAX Image

Une fois installés, nous rendons visite à une nouvelle troupe d’iguanes lézardant au soleil, intéressante, mais pas au niveau de la précédente Leaf cay où, en bonus, nous étions seuls au monde.

PENTAX ImagePENTAX Image
Nous rencontrons aussi Yves et Myriam du voilier Ariane, avec lesquels nous passerons un bon moment à bord de Takoumi, qui nous font profiter de leur connexion internet pour prendre la météo. Si nous avions su que nous resterions aussi longtemps aux Bahamas sans wifi valable, nous aurions comme eux acheté une carte « data » prépayée.

Avoir les dernières prévisions est un soulagement, car nous changeons de zone le lendemain pour nous diriger vers Eleuthera, une île plus au nord distante d’une grosse journée de navigation.
La navigation est super ce jour là et nous retrouvons le large avec bonheur toute la matinée au cours de laquelle Manuela s’emploie à pêcher un autre thon qui manquera de peu de finir dans nos assiettes.
L’après midi est un peu plus stressant car nous parcourons un chenal en eau très peu profonde et long comme un jour sans pain sur la route qui nous amène à l’ancienne capitale des Bahamas, Governors Harbor.

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

Governors Harbor est une jolie petite ville coloniale, mélange de ruines (matthew’s??) et de jolies maisons mais franchement un peu vide et déserte. Il y a même un marché aux puces une fois par mois le premier samedi du mois … c’est raté.
Au supermarché, les légumes sont rachitiques et nous n’y trouvons pas grand chose. Le menu « sandwich à la dinde » ou « jambon avec eau ajoutée » a de beaux jours devant lui. Manue est dépitée … moi, je m’y fais.

IMG_3335IMG_3338IMG_3340IMG_3341IMG_3344IMG_3354IMG_3358IMG_3359IMG_3363IMG_3364IMG_3366IMG_3368IMG_3371IMG_3374IMG_3377IMG_3380IMG_3381IMG_3382

La traque d’un réseau wifi (BFF) que l’on capte depuis le bateau nous amène loin en haut d’une colline, dans un magasin café bio où nous sommes bien contents de trouver de belles tomates (elles viennent des US, pas très bio à mon avis, juste plus belles que locales) et du brie !!!
Mais le BFF c’est pas eux ! Pourtant, Bacchus Fine Food, ça sonne aussi bien que Bahamian Fast Ferries non ?
Bref, pas de réussite sur ce coup là alors que nous avons besoin de faire des recherches pour notre arrivée prochaine un US … la bibliothèque municipale vend le wifi 5$ par heure… Nous préférerons donc nous rendre au Deli « Da Perk » au bout de la rue, mais attention ils éteignent à 16h … Vaincus, nous partons donc pour Hatchett Bay où nous espérons, incurables optimistes, avoir plus de réussite.

Hatchett Bay est une baie intérieure dont l’accès est une ouverture terriblement étroite dans une petite falaise. Nous serrons les fesses, mais le jeu en vaut la chandelle. La baie est large, vraiment bien protégée et comme le vent vient juste de tourner, nous mouillons à l’opposé des autres plaisanciers, au plus proche du village.

PENTAX ImageIMG_3393IMG_3391IMG_3397IMG_3401IMG_3400

A l’image des eaux de la baie, le village est très calme mais nous parlons à presque toutes les personnes que nous croisons, une famille dans son jardin, un boucher « à domicile » plutôt bien éméché, les tenanciers d’un stand de bonbons à la sortie des écoles et aussi les badauds nombreux qui squattent une « place du village » organisée comme un salon composé en plein air de bric et de broc.
Ces derniers sont d’ailleurs assez attentionnés et s’inquiètent que nous trouvions porte close au bar insolite dans lequel nous essayons d’entrer … D’ailleurs, à quelques pâtés de maisons de là, c’est le jardinier de l’église qui nous apprend que l’estaminet vient d’ouvrir.
Au cours de cette balade dans le village, nous rencontrons Linda et Michel, sympathiques Québécois que nous croisons et re-croisons au fil des détours au point d’engager naturellement la conversation et qui nous indiquent un spot wifi possible … un restaurant qui ouvre rien que pour nous … mais dont le wifi est … muet, même après avoir moi même rebooté la « box » … Quant on vous dit de ne pas laisser admin/admin comme mot de passe …
Le retour au bateau nous fait encore rencontrer un couple de navigateurs Germano-Grec et un trio de touristes Italiennes … Je considère Hatchett Bay officiellement déclaré comme village perdu le plus cosmopolite des Bahamas.
A la tombée de la nuit, Linda et Michel nous font eux aussi profiter de leur connexion « data prépayée » pour la météo pendant l’apéro sympathique auquel ils nous ont conviés.

IMG_3405IMG_3406IMG_3407IMG_3410IMG_3411IMG_3412IMG_3416IMG_3420IMG_3424IMG_3425IMG_3426IMG_3442IMG_3433

Nous revenons déjeuner le lendemain au « salon d’extérieur », dont la boutique de nourriture à emporter est l’une des très bonnes adresses de la ville dont, les « seafood » sont excellents !
Comme beaucoup de « places du village », la convivialité est de mise et nous discutons longuement avec des jeunes au sujet de la pêche, la mer et des emplois qu’ils peuvent espérer. Nous déjeunerons sur une table de pique-nique improvisée au milieu des habitants qui discutent sur le bord de la route (canapé, chaises, tout y est).
Au vu de ce déjeuner et du moment passé, nous nous félicitons d’avoir repoussé notre départ pour cause de météo hasardeuse et nous reposons le reste de la journée pour repartir de plus belle dès le lendemain.

Expédition mangrove

Après deux jours de rodéo sauvage, nous sommes impatients de découvrir cette île recouverte de mangrove et sillonnée de cours d’eau tortueux qui s’est tant fait désirée. L’objectif est donc un tour de mangrove avec notre vaillante annexe, du sud au nord en passant par le lagon qui trône en son centre … Un projet pour lequel nous prévoyons même du carburant supplémentaire, à défaut d’une simple bouteille d’eau ou d’une collation de fin de matinée … car si le planning est ambitieux, nous ne mesurons pas pleinement la dimension épique et expéditionnaire qui va s’imposer de fait.

Nous prenons donc un « départ peinard » et profitons d’un court parcours autour de l’île pour découvrir de près la côte morcelée par l’érosion et surplombée d’une végétation sinon haute, au moins impénétrable. Sur le rivage, deux représentants de la race canine nous accompagnent bruyamment jusqu’à l’entrée de la rivière dans la mangrove (la seule des Bahamas où il est autorisé de naviguer).

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

Il est temps de découvrir ce qu’est une vraie balade dans la mangrove en suivant cette rivière plutôt étroite et si peu profonde que le moteur hors bord trace un sillon sur le sable au fond de l’eau dans notre sillage … le cours d’eau est d’un calme olympien et ses abords ne sont pas de terre ferme, mais de végétation « les pieds dans l’eau ».
Nous évitons de trop traîner car les chiens sont toujours à nos trousses et engagent la poursuite jusqu’à nager dans le cours d’eau, ils sont distancés uniquement car ils nagent moins vite qu’ils ne courent, mais ils ont de la ressource les toutous !..

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

La balade continue et nous arrivons au lagon, immense trouée dans la végétation qui nous rend la vision d’un horizon lointain parcouru d’une belle étendue d’eau, de bancs de sable et de mangrove naissante un peu partout. Nous aurons même un aperçu mer, là où son extrémité rejoint la côte au vent.

IMG_3320

IMG_3318PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

Alors que nous reprenons notre bonhomme de chemin vers le fond du lagon, les deux canidés réapparaissent … A l’évidence, ils ont fait un grand détour et connaissent l’île mieux que nous … La poursuite recommence et j’avoue ne pas en mener large devant l’éventualité de devoir gérer une rencontre avec deux chiens sauvages.
A cet instant, la poursuite tourne plutôt bien pour eux et devient de plus en plus hasardeuse pour nous … il y a de moins en moins de fond, l’hélice du hors bord tourne presque dans le sable et les rames s’imposent comme notre dernier recours de propulsion … Inexorablement, les chiens gagnent rapidement du terrain et nous rejoignent si certainement que nous descendons de l’annexe prêts à défendre chèrement notre peau … mais … les toutous nous font la fête … et obéissent plutôt bien quand nous leur demandons d’arrêter de sauter et de s’assoir … Ils sont trop cool quoi.

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

Ceci dit, nonobstant l’issue heureuse de cette rencontre, nous sommes bloqués sur un banc avec l’annexe et nos deux toutous … C’est ce qui s’appelle « rester sur le sable » je suppose …
La marée ne sera pleine que dans 1h30 environ, nous avons fait attention à ça quand même, et décidons de ne pas attendre et de traverser le lagon en tirant l’annexe dans le mince filet d’eau qui enfle timidement avec la marée … trop timidement.

PENTAX ImagePENTAX Image

A cette occasion, les toutous sont nommés Titus et Marcus et suivent gaiement en mode balade. C’est vraiment curieux cette impression d’avoir deux chiens, dans une clairière improbable et vertigineusement belle.

Quand une 1/2 heure plus tard nous arrivons dans un cul-de-sac vaseux où nous nous enfonçons régulièrement jusqu’au dessus du genou, le tableau est toujours aussi idyllique, bien qu’un peu pesant quand même à la longue, et je ne parle même pas du poids de notre annexe ultra légère qui commence à se faire sévèrement ressentir … A l’évidence, cela ne passera pas …

La décision s’impose de refaire le chemin en sens inverse avant que la marée ne redescende. Nous avons encore du temps mais, bon, il ne faut pas tirer sur la corde tout de même. Heureusement, le retour jusqu’en eau navigable est plus facile car il y a un peu plus d’eau et nous apprécions de nous asseoir dans l’esquif que nous avons traîné dans cette double « traversée du désert ».

Titus et Marcus, toujours en mode balade, ouvrent la route, mais quand nous arrivons à la sortie du lagon et que nous pouvons remettre le moteur en route, Titus comprend que nous partons sans eux et commence à pleurer … C’est déchirant …

Ensuite, le retour au bateau pour récupérer masques et tubas se passe sans encombre et nous organisons un nouveau départ pour la mangrove … mais par le nord cette fois, histoire de voir jusqu’où nous pouvons nous aventurer de ce côté la.

Dans le dédale des rivières du nord, des tortues nagent et des américains cherchent une sortie, nous leurs indiquons notre entrée et eux la leur ! Mais nous n’avons pas dû bien retenir ce qu’ils nous ont expliqué, car entre deux culs-de-sac, nous découvrons certes une magnifique sortie sur la côte Est, mais à l’opposé de là où Takoumi nous attend … Ironiquement, à quelques encablures de la bonne sortie, nous croisons de nouveau les américains qui ont décidé de refaire un tour de manège après avoir trouvé facilement la sortie que nous leur avons indiquée !

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

De retour au bateau, après un déjeuner et un repos bien mérité, Manuela, qui visiblement a encore quelques ressources à revendre, rejoint, seule, la plage déserte pour se baigner. Nous ne partirons que le lendemain.

Comment tourner 48h autour d’un rocher

IMG_3314

Dépourvus de prévision météo fiable, nous avions perçu les prémisses d’un évènement à Staniel Cay alors que Manue réalisait un départ « au poil » et que nombre de bateaux se massaient dans un chenal étroit protégé du Sud-Ouest et pourtant vide la veille. Si nous avons besoin de plus de signes, les appels radio incessants des navigateurs aux marinas confirment qu’ils sont nombreux à chercher à se réfugier dans les ports. Quoique nous doutions de la bonne idée de rechercher la proximité d’un ponton dans une marina exposée justement dans l’axe du vent.

Nous apprécions la première partie du trajet, car pour une fois, la zone où nous naviguons (le sound) est sous le vent des iles, protégée de la houle, confortable en somme. Au moins jusqu’à ce que notre route rejoigne le « exuma bank » en passant par une longue, longue … très longue passe, vent et vagues de face que Manue négocie comme une chef !
Parlons d’une longue navigation côté banc justement, quand le vent d’ouest soulève de belles vagues par seulement 5 à 7 mètres au dessus du fond, il convient de débrancher les signaux d’alarme qui clignotent furieusement au fond de son esprit pour affronter 15 milles d’incertitude, d’inquiétude et d’excitation mélangées.

IMG_3317

C’est quand même avec soulagement que nous atteignons tardivement « Shroud Cay », où nous trouvons une zone de mouillage ballotée par le vent, pas un endroit à l’abri… ni ici, ni proche … :-( Quand l’ouest souffle, tous les mouillages idylliques des Bahamas se transforment en « mouillage pourri » où le tirant d’eau se révèle de plus en plus handicapant. Finalement, nous faisons le choix d’un mouillage vaguement (oui, oui, c’est un jeu de mot) protégé par Elbow Cay pour la nuit… choix que nous partageons avec un maxi yacht qui, une fois n’est pas coutume, n’a pas vraiment l’air d’être plus confortable que nous. Le seul autre occupant du plan d’eau est un autre voilier qui choisit de prendre une bouée dans l’endroit le pire qu’il puisse y avoir dans cette baie par ce vent, sans protection face au vagues et dos à la côte… Il faut vraiment avoir confiance pour s’installer là… la sale nuit qu’il a du passer !

Le lendemain matin, enfin, nous captons une météo locale par vhf… verdict : ouest puis nord ouest puis nord seulement dans la nuit… en gros c’est la loose… mais bien ancrés avec de la place, nous persévérons malgré l’inconfort. Les rares mouillages protégés de l’ouest et du nord nous semblent inaccessibles avec notre tirant d’eau … Notre « yacht copain » cherche à se placer mieux, mais touche les fonds et finalement se barre, vaincu par les éléments .. nous, nous restons en mode shaker jusqu’au soir quand, le vent tournant, nous passons derrière l’île pour une seconde nuit agitée …

La soirée n’est pas beaucoup plus agréable que la journée qui l’a précédée, mais au réveil, mer belle et vent du bon côté … nous rejoignions donc illico presto un bon mouillage confortable, sur bouée, à quelques brasses de l’île pour profiter comme il se doit de cette nouvelle étape.