Le voyage de Takoumi

Saison 3

Archive mensuelles: avril 2017

À vos marques … Prêts … Partez !

Suite à ces quelques jours de vraie galère : moteur en panne et mouillage très chahuté qui nous vaudra nombre de tours complets et un réveil nocturne voisin craignant la collision…nous avons changé de mouillage – grâce à Matthew et à Mark rencontrés au très accueillant Key West Bite restaurant. Qui plus est, on annonce vent fort samedi donc nous avons contourné Flemming Key jusqu’au Mooring Field de la City Marina de Garisson Bite, bien plus calme et dans le sens du vent (et non du courant…)

Bon, le trajet en bus nous a pris toute la journée pour nous présenter à la Marina et récupérer les pièces du hors-bord (Mercury) chez Murray’s Marine a Stock Island. Nous avons découvert une autre partie de la ville, plus calme, plus locale et somme-toute apaisante durant le reste de notre séjour.
Le principal, l’objet de notre attente : le carburateur remplacé notre moteur d’annexe ronronne comme neuf! (Ndla: Mercury:4 ; Olivier:300, victoire finale) Nous avons fait nos courses chez Faustos – super adresse – en vue du départ pour Cuba maintenant prévu mardi…décalé depuis à mercredi à cause des orages…

Nous ne pensons pas avoir de wifi à Cuba donc profitons de ces dernières connections pour vous embrasser – les États-Unis c’est fini – et rendez-vous à Cuba ou au Panama début Mai, prochaine étape de notre route.

A l’ouest à Key West

Par une journée ensoleillée, nous faisons une belle arrivée à la voile dans le chenal principal de Key West. Et notre mouillage est choisi au plus proche du port après avoir fait le tour des possibilités. Pour nous y rendre, il faudra « seulement » traverser le chenal et la place semble protégée du coup de vent du nord attendu.

Nous passons le reste de la journée à bord, repoussant une éventuelle sortie à terre au profit d’un repos bien mérité et de la contemplation de magnifiques « schooners », vieux gréements traditionnels à deux mâts, ré-armés pour des sorties touristiques à la journée à l’instar d’une multitude de catamarans nettement moins sexys, submergés par une foule de touristes.

PENTAX ImagePENTAX ImageIMG_4059

Nous n’allons pas à terre non plus la journée suivante, mais pour une raison tout autre … le moteur hors bord refuse obstinément tout service et une journée complète et entière (10h-18h) de mécanique n’y changera rien … Mercury:1 Olivier:0 …

PENTAX Image

Encore une grosse matinée de bricolage le lendemain … Mercury:2 Olivier:0 … Nous irons à terre avec le moteur au ralenti, fonctionnant uniquement au starter …

PENTAX Image
Nous retrouvons tout de même avec plaisir Key West et le « Schooner Wharf » comme nous l’avions laissé lors d’un précédent voyage et profitons des abords de la Marina.
Conseils et matériel technique sont disponibles au magasin « WestMarine » où nous allons nous fourbir en armes contre notre récalcitrant moteur. Quant au repas et au wifi, ils nous sont prodigués par les bons soins du « Turtle Kraas » face au dinghy dock surchargé.
A l’issue d’une course de tortues où Manuela a parié pour moi sur l’athlète gagnante, j’ai le plaisir de participer à une sorte de tombola / jeux dit « des boites » organisé dans l’établissement. Comme la majorité des participants, je repars bredouille, mais heureux d’avoir profité de l’ambiance distillée par un organisateur adepte des retournements de situation « à la Arthur ».
Nous rejoignons donc le bord avant le coucher du soleil (sécurité oblige), rassasiés, informés et prêts à en découdre avec l’insolent hors-bord.

Même avec un peu d’équipement, la matinée de mécanique s’éternise bien que je marque des points jusqu’à l’ultime remontage au cours duquel, la sale petite pièce responsable de tous nos maux décide unilatéralement de prendre son indépendance et de partir prendre un bain … Mercury:Victoire par KO !..

Les jours suivants, nous irons en ville … à la rame ! Bienheureux d’avoir ancré au plus près de la marina. Et nous profitons de quelques jours de détente octroyés par le week-end et une météo pas vraiment favorable pour reprendre des activités plus dans nos habitudes telles que de longues pauses en terrasse pour reprendre des forces entre deux promenades « découverte » dans la ville suivant les indications de notre amie Shelly de « Planet Waves », une locale de l’étape rencontrée en Guadeloupe. De toutes façons, la misérable petite pièce commandée le lundi n’est prévue que mercredi … Autant en profiter !

IMG_4102IMG_4105IMG_4107

IMG_4063IMG_4066IMG_4067IMG_4068IMG_4071IMG_4072IMG_4075IMG_4076IMG_4077IMG_4080IMG_4081IMG_4086IMG_4087IMG_4090IMG_4091IMG_4092IMG_4095IMG_4096

 

Dur-Dur la Reprise !!!

Ou comment rallier Fort Pierce à Key West en 6 jours au lieu de 3 !

Du départ de la Marina au lendemain matin, tout va bien malgré le fameux « Gulf Stream » que nous devons remonter et qui nous ralentit beaucoup. Les choses se compliquent à la latitude de West Palm Beach quand le courant devient plus fort et que, même au moteur, nous peinons à avancer à plus de 3 nœuds … Ça promet d’être long !..
Un peu plus tard, en fin de matinée, le vent force sérieusement et lève des vagues de plus en grosses qui ralentissent encore notre progression jusqu’à la stopper … Cela nous apprendra, incorrigibles optimistes, à braver de concert le courant marin le plus connu du monde avec le vent et la mer contre nous. Finalement, sans autre choix et surtout aucune envie de subir cette situation toute la nuit, nous rebroussons chemin vers West Palm beach où nous trouvons refuge et mouillage dans les « intracoastal waterways », les canaux intérieurs de la côte Est des Etats-Unis qui servent de « route à bateau » alternative à la haute mer.

PENTAX Image
Le vent est si calme au matin qu’il ne nous permet pas d’affronter le courant dans sa partie la plus forte. Tant mieux, nous en profitons pour nous lancer dans l’expérience des fameuses « intracoastal waterways » !

Bien que nous ayons tous les deux obtenu notre permis « extension fluviale » cet été en France, nous n’avons jamais navigué le long d’un canal, et notre expérience des « ponts à bascule » se résume à deux entrée-sortie de l’Etang de Tau à travers la ville de Sète. C’est assez léger comme expérience, mais quant il s’agit de se lancer, nous savons y faire et ce sont pas moins de 19 ponts (oui oui, vous avez bien lu, dix-neuf !) qu’il nous faut franchir pour rejoindre la prochaine sortie à Fort-Lauderdale.

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image
En fait, nous prendrons le coup de main en 3 à 4 ponts seulement, c’est finalement assez simple … Au sortir d’un pont, il faut déterminer la distance au prochain et décider s’il convient de flâner ou de se précipiter en fonction de l’heure d’ouverture du suivant, puis, en vue du pont, se signaler sur le canal 9 et attendre plus ou moins longtemps l’ouverture pour enfin s’insérer dans le tumultueux traffic des petits et gros bateaux.
Bien entendu, si attendre, parfois 25 minutes quand on manque de chance, sans bouger est parfois compliqué le vrai coup d’adrénaline survient quand, après une course effrénée, le pont est atteint en retard sur son ouverture et qu’il faut alors continuer sur sa lancée pour le franchir juste avant sa fermeture … Et, de ceux là, il y en a un certain nombre !

PENTAX ImagePENTAX Image

Pour le reste, la waterway est comme une grande avenue américaine bordée de maisons et de résidences « pieds dans l’eau », souvent luxueuses, parfois plus raisonnables. Les pontons privés fleurissent de part et d’autre, surtout dans les cours d’eau secondaires qui sont à la « route d’eau » l’équivalent des allées des quartiers résidentiels « terriens ». Les usagers y circulent donc en bateau à moteur comme s’ils prenaient leur voiture depuis leur allée mais pour se rendre en mer, à la pêche, juste se promener, ou même directement chez des amis !

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image
À vrai dire, nous nous étonnons que sur les rives, il n’y ai que quelques rares cafés/restaurants et aucun commerce. Sans doute parce que tous les emplacements sont occupés par des propriétés privées ? Dans tous les cas, je pense qu’il y aurait un business à faire ici, peut-être un combiné bar-terrasse/épicerie/shipchandler ?

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

Quand le soleil commence sa descente, nous nous organisons un mouillage dans la petite baie de Lake Santa Barbara plutôt que de poursuivre à la lueur des feux de la ville. Il ne reste que quatre ponts jusqu’à la sortie et nous en avons quand même franchis 15 au cours de cette journée. Si nous étions partis plus tôt, nous aurions eu les 19 sans difficulté, mais nous serions retrouvé en plein cœur de Fort Lauderdale pour la nuit, et cette situation n’avait pas notre préférence.

PENTAX Image

À peine ancré, nous recevons la visite de Mario le Québecois qui vient nous saluer à la faveur de la promesse francophone de notre drapeau français ! Nous l’inviterons à bord pour « faire salon » et discuter un peu. Il est un plaisancier inexpérimenté et vient d’acheter pour un très bon prix un très beau voilier presqu’aussi grand que le notre … mais dans un état qui l’oblige pour ainsi dire à le restaurer depuis le fond de cale jusqu’à la tête de mât ! 3 mois qu’il galère, et disons le franchement, dire qu’il y a encore du boulot … c’est peu dire !.. Quoi qu’il en soit, nous apprécions beaucoup la simplicité bourrue et le langage coloré de notre étrange invité, mélange inattendu de camionneur/bûcheron canadien et de « bagpacker » désorienté.

Au lendemain, les 4 derniers ponts seraient une simple formalité si l’ultime ouvrage d’art de ce périple intérieur n’avait recelé une pépite. Disons que plus nous nous approchons de la sortie de Fort Lauderdale et plus le traffic se fait dense pour constituer une file ininterrompue de bateaux.
Dans cet configuration où la place pour manœuvrer est comptée, nous approchons du dernier pont et bien que nous pensions pouvoir passer dessous en position fermée, nous sommes assez déçus de manquer l’ouverture de peu, très peu … trop peu …

 

PENTAX ImagePENTAX Image
Nos documents sont contradictoires, 45 pieds de hauteur libre pour l’un, 55 pour l’autre. Au dernier calcul (j’y reviendrai), nous mesurions 45 pieds de tirant d’air : à 55 on y va ; à 45, on n’y va pas.

PENTAX Image
Les discussions VHF sont difficiles car encombrées, et à la troisième tentative, le pont répond enfin à notre demande insistante de confirmation « lisez la jauge fixée sur la pile de pont, nous ne sommes pas autorisés à vous donner cette information ». Autant dire que nous sommes furieux, ça nous fait une belle jambe car quand nous serons assez proches du pont pour lire cette fichue jauge, il ne nous sera plus possible de faire marche arrière … Heureusement, une âme compatissante, sans doute aussi indignée que nous de la réponse des gardes ponts, nous indique la hauteur libre « 55 pieds à marée haute sur mes documents » !

PENTAX Image
Soulagés, nous pouvons poursuivre dans le flux de circulation jusqu’à la fameuse jauge qui indique 56 pieds au moment où nous nous engageons. Ma parole, que ce moment est stressant ! Que le mât est grand ! Que l’antenne est proche du tablier du pont … mais, mais, nous allons nous prendre dans les feux suspendus !.. Non … c’est passé mais pas loin de la punition quand même.

PENTAX Image
Pour le reste, après avoir évité un pétrolier qui prend la même sortie que nous, il ne s’agit plus que d’évoluer calmement vers la sortie dans une cohue désordonnée de bateaux tout aussi impatients que nous d’atteindre les eaux libres.

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

En mer cette fois, après une belle journée et une nuit super, la houle redevient inconfortable et impressionnante en face des « Florida Keys ». Comme une grande fatigue s’additionne à une météo peu engageante, nous décidons de faire halte à mi-chemin de Key West et ouvrons la liste des mouillages des Keys téléchargée in-extrémis avant notre départ … Mais à notre grand désarroi, aucune place praticable ne protège du vent d’Est … Double confirmation de l’analyse des cartes, nous semblons obligés de continuer dans la nuit agitée qui s’annonce et aucun moyen pour nous de passer sous la route US1 dont le plus grand pont « culmine » à 6m50 de hauteur libre.

Franchement désireux d’éviter les complications et, il faut le dire, assez honteux de notre manque de préparation, nous tentons tout de même l’approche d’une baie où nous pourrions éventuellement ancrer … pas idéal mais jouable.
Même s’il ne faut jamais compter dessus, il faut parfois un peu de chance et à l’approche de la baie, nous repérons un grand et magnifique pont salvateur ! Le « Five Channel bridge » que nous n’avions pas repéré sur nos cartes électroniques : 65 pieds de hauteur libre, c’est Bysance ! Enfin, pas tant que ça, même si cette fois nous avons la garantie de passer dessous, le sentiment de proximité du haut du mât et du bas du pont est bien présent quand même … Plus tard, au mouillage, nous reprendrons nos calculs et conviendrons d’un tirant d’air de 50 pieds tout compris. Rétrospectivement, nous repensons avec angoisse aux 55 pieds du pont de Fort Lauderdale …

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

L’île de « Matecumbe Key », qui était l’un de nos lieux préférés quand 5 ans auparavant nous avions visité cette région, abrite notre mouillage pour la nuit. Celui-ci est un peu compliqué à trouver à cause de notre fort tirant d’eau, mais l’île nous accueille confortablement dans une zone où aucune carte n’indique de mouillage. Comme nous encourageons 4 autres émules à ancrer ici, peut-être le sera-t-il prochainement, allez savoir.

PENTAX ImagePENTAX ImagePENTAX Image

Bien que nous poursuivions notre périple par le « Hawk Channel » bien mieux protégé que la haute mer, une étape supplémentaire nous est nécessaire avant Key West pour éviter une arrivée de nuit. Et fort de notre inexpérience de la veille, nous repérons une belle étendue d’eau suffisamment profonde planquée derrière « Big Munson Island », au sein des « Big Pine Keys » avant de partir … sereins.
Mauvaise pioche … le « Newfound Harbor Channel » se révèle étriqué et ses abords encombrés de bouées et de hauts fonds. Nous y talonnons deux fois alors même que nos cartes nous promettaient une somptueuse hauteur d’eau à ces endroits.

PENTAX ImagePENTAX Image
Qu’à cela ne tienne, nous ancrons au centre du chenal et contre nos prédictions, personne ne vient y redire, bien que chacun des nombreux passages révèle un inévitable moment d’indécision pour les canots à moteurs … passeront-ils par la droite où la gauche ? J’y vois l’effet bénéfique (il en faut bien un) d’un comportement individualiste qui veut que tant que la gêne n’est pas excessive, l’individu ne cherche pas la coercition systématique à l’égard d’autrui, un comportement que nous autres français ferions bien de méditer il me semble.

Pour revenir à notre voyage, cette difficile navigation vers « Key West » altère quelque peu notre enthousiasme et nous nous posons nombre de questions sur la suite de la route. Nous sommes désormais trop habitués aux navigations faciles vent portant, à la chaleur et aux étapes diurnes … dans le plus fort de la houle, nous irons même jusqu’à proférer la suggestion de retour par le Canada ! La Patagonie nous appelle encore, mais le chemin est long, très long. Takoumi s’use; nous aussi. Tiendrons-nous tous les 3 l’étendue de ce qu’il nous reste à parcourir ? Ce n’est que le début du second voyage tant la Terre de feu semble encore loin …

Les Vacances !!!

Arriver aux Etats-Unis à la barre de mon propre voilier est pour moi un grand moment de la vie. Je ne saisis pas l’intime explication de cette évidence, à l’approche du chenal de Fort Pierce au nord de la Floride mais, j’ai des fourmis dans le ventre, et suis toute impressionnée, impatiente de toucher cette terre que je connais si bien depuis ma tendre enfance. Et lorsqu’au beau milieu du chenal parsemé de pêcheurs dans un courant non négligeable le CBP – Customs and Border Protection nous aborde en route, je leur fais même part de mon exaltation en réalisant je crois, tardivement, l’ampleur du chemin que nous avons parcouru !

PENTAX ImagePENTAX Image

La procédure du contrôle est assez rigolote : deux hommes montent à bord et nous demandent de garder notre vitesse, de ne plus rentrer dans le bateau et de ne pas nous parler en Français pendant leur visite – petite blague de l’officiel : pour que je ne dise pas à mon mari de l’agresser sans qu’il ne comprenne qu’il est en danger… Ensuite l’un nous surveille et l’autre entre dans le bateau, et nous explique en ressortant qu’il cherche « Drugs and Aliens » – des drogues et des extraterrestres somme-toute notamment des Bahamas très touchés par le récent cyclone Matthews. Je suis toujours d’excellente humeur et plaisante même avec l’officiel en lui demandant s’il en a trouvés des ET … ce qui le fait sourire heureusement!

L’épisode terminé, nous avançons un tout petit mille dans les ICW – les Intercoastal waterways c’est-à-dire le Indian River qui longe la côte est des Etats-Unis par l’intérieur, à l’abri de l’océan. Le chenal de la Marina s’avère très étroit, long et peu profond, Takoumi talonne une paire de fois dans la vase lors de ma manœuvre de port! Mais voilà, nous sommes arrivés place D16 à HarbourTown Marina, Fort Pierce, FL USA.

IMG_3634PENTAX ImagePENTAX Image

Nous avons vite loué une voiture – et failli nous retrouver avec un grand van – pour aller rejoindre la famille en Caroline du Nord : cette première partie du séjour américain nous fait découvrir Wilmington, voir la neige (si si!?) et surtout profiter chaleureusement de la famille Segura Burg, mon frère Cedric, Otilia, leurs cinq enfants et mon père qui est de passage. Nous avons le temps de nous rhabiller dans les quasi-outlets, et de nous équiper d’une belle nouvelle annexe – commandée sur Amazon en fin de compte. L’accueil est formidable et nous avons l’impression étrange d’être en vacances à terre, jouissant de lits confortables, de repas copieux et de douches d’eau douce quotidiennes….c’est le comble pour vous, je m’en doute mais nous vous raconterons plus tard combien la reprise a été difficile au terme de ce mois de relâche….

IMG_3641IMG_3688PENTAX Image

Cédric m’apprend à faire du pain :

IMG_3686  IMG_3699IMG_3652

IMG_3695IMG_3708

La neige !!!!

IMG_3778 IMG_3777 PENTAX Image

L’anniversaire de petit Cédric et Adela au Gymnase !

IMG_3747

Même à terre, Olivier ne s’arrête pas de bricoler – l’aspirateur est en panne !

IMG_3783

Pour l’heure, il est malheureusement temps de quitter le cocon familial et nous en profitons pour faire un mini road-trip en nous arrêtant à Savannah et Saint Augustine fiefs du sud et de la Géorgie et plus anciennes villes des États-Unis. Nous célébrons notre second anniversaire de mariage à Savannah que nous trouvons magnifique parsemée de beaux édifices anciens, fontaines – vertes à l’occasion de la St Patrick – statues et de places harmonieusement arborées.

IMG_3792IMG_3798IMG_3806IMG_3813IMG_3816IMG_3821IMG_3822IMG_3832IMG_3837IMG_3855IMG_3858IMG_3864

(Note De l’Autre Auteur : Savannah est effectivement une excellente étape de notre road trip. Nous avons toujours été intrigué par cette ville dont le nom nous plait tant et dont nous croyons nous souvenir qu’elle accueille le fameux « Domaine de Tara », inexpugnable résidence de Scarlett O’Hara … Toutefois, la seule référence cinématographique à la ville dont nous avons vent est le banc de « Forest Gump » ! … Toujours est-il que l’hôtel repéré par ma belle sœur Otilia, qui m’a plus qu’encouragé à y faire étape malgré un tarif prohibitif, est particulièrement bien situé, en plein cœur historique de la ville, à portée de marche du front de mer et de ses cafés/restaurants/bar-à-huîtres. Nous dînons d’ailleurs dans une taverne à deux pas de l’hôtel, évitant sans le savoir, le restaurant guindé attenant pour nous retrouver dans l’ambiance chaleureuse d’un bar en sous-sol où les clients avinés chantent pour accompagner, avec plus ou moins de bonheur, la pianiste live. )

IMG_3789IMG_3791

Le lendemain nous dormons dans un motel en face le l’ICW, dînons italien chez une grecque et dégustons le bacon and eggs and pancakes dans un Diner à Saint Augustine, dont les nombreuses galeries et petites allées – moins enchanteresses qu’à Savannah – nous promènent agréablement.

IMG_3883IMG_3881 IMG_3890 IMG_3891 IMG_3894 IMG_3896
Enfin, c’est la Daytona Bike Week sur le chemin, alors nous nous arrêtons face aux défilés de motos en écoutant les concerts de Country Music – ce sont surtout des Harleys Davidsons mais il y a aussi quelques excentricités… (note de l’autre co- capitaine: me suis loupé pour le Bol au Castelet, j’ai un peu foiré le Faron du moto tour, mais là … j’ai repris de l’avance … dédicace pour mon Guigui 😉 )

IMG_3929IMG_3926IMG_7146IMG_3918IMG_3939

Pendant le voyage de retour :

IMG_3788IMG_3875IMG_3869

De retour à Fort Pierce, c’est le Seafood festival en bord de l’ICW. Nous avons vu qu’un apéritif s’organisait à la Marina alors nous nous y rendons en fin d’après-midi à 17h30 avec du vin et du fromage en bons Français…pour nous rendre compte que les américains sont déjà en train de dîner : Chicken et patato salad en quantités sont à notre appréciation … Notre social ne marche pas très bien pendant ce début de soirée aussi, déçus de rentrer au bateau, nous nous joignons aux voisins qui discutent sur notre ponton. Ils attendent le décollage de la fusée de Cap Canaveral, que nous verrons ensemble en buvant un délicieux Rhum de Nassau.

IMG_3943IMG_3952IMG_4005IMG_3984IMG_4021IMG_4031

Ponton D – rocket launch !!!!

Toujours véhiculés, nous repartons à West Palm Beach au sud passer un court séjour chez Bill et Sharon, les père et belle-mère de mon beau-frère Andy (vous suivez j’espère :), et profitons une dernière fois de l’hospitalité et la générosité de nos hôtes qui nous présentent leurs bons amis également passionnés par la voile. Je ne me lasse pas de succulents « filet steaks » et de petits déjeuners complets à l’Américaine!

Par la suite, nous avons plus que sympathisé avec Laura, Susan, Vince et Eldon en réitérant les réunions du ponton D tous les deux soirs. Laura et Susan m’ont fait découvrir le marché et les artisans du centre historique de Fort Pierce. Vince m’a même réparé ma canne à pêche ! Et alors qu’Olivier et moi travaillons dur pour finir toutes les bricoles sur Takoumi avant notre départ, j’avoue avoir eu bien du mal à quitter cette Marina après la bienveillance familiale et à l’aube de ces nouvelles rencontres attachantes.

Voyager c’est aussi malheureusement partir sans cesse et parfois difficile…mais pour tout vous dire, ce qui nous y encourage est la conscience que nous prenons, à cette étape encore, de n’être toujours pas chez nous.

IMG_4040

Ronnie’s Island

Great Harbor à Berry Island sera pour nous l’Ile de Ronnie, ancien capitaine, pêcheur professionnel et au passage, tenancier du seul bar restaurant du village!

IMG_3619
Mais avant de le rencontrer, nous avons commencé par visiter la Marina excentrée nourrissant nos espoirs de rencontrer de la vie, pensant y trouver un ATM pour renflouer nos poches presque vides…et pourquoi pas, y trouver une terrasse accueillante ? Le chemin menant à cette étrange Marina bordée d’appartements de vacances nous fait passer dans un long couloir de mer entre la pierre et traverser un grand lagon.

IMG_3610

IMG_3602

IMG_3598

Arrivés, nous nous mettons à couple d’un bateau de pêche pour escalader par une échelle le haut ponton devant les quelques âmes qui errent ou s’affairent à terre. Nous comprenons rapidement qu’il n’y a pas de possibilité de retrait d’argent et encore moins de terrasse accueillante ici, si ce n’est un snack fréquenté par deux sympathiques québécois arrivés depuis la veille et ancrés à nos côtés au mouillage. Eux ont déjà visité le bourg et nous préviennent qu’il n’a pas plus d’intérêt que cette Marina toute moche, et que nous ne trouverons rien d’autre à cette escale que ce snack quasiment déserté… C’est trop triste alors nous relevons tout de même le défi et convenons – avec nos voisins – que si nous ne trouvons rien en ville, nous passerons boire l’apéritif à leur bord avec grand plaisir !

IMG_3606

Rejoindre le village prend autant de temps mais arrivés au dock gouvernemental, nous ne marchons pas longtemps avant de taper à une porte, dubitatifs, mais devant laquelle nous avons remarqué une jolie table ronde et un semblant de parasol. C’est maintenant que nous rencontrons Ronnie qui paraît lui-même surpris que nous ayons trouvé son humble demeure. Il nous accueille immédiatement en nous invitant à nous assoir au « bar » et discuter avec lui. Ce n’est qu’un minuscule troquet très local, pas étonnant que nos québécois aient pensé qu’il était fermé! Mais nous sommes rassurés d’y voir défiler un certain nombre des habitants du village venus emporter leur déjeuner.

IMG_3613

Ronnie nous raconte alors « ses » Bahamas et dit qu’il est facile d’y vivre avec un bateau et quelque talent de pêcheur car les Bahamiens ont le droit de vendre le fruit de leurs efforts sans formalités ou taxes au coin d’un ponton ou d’une rue. Son rêve est de développer son établissement en installant cave à vins – italiens de préférence – et ponton pour accueillir les dinghys en face de la route. Mais son véritable souhait serait de se racheter un bateau à moteur – un Trawler de préférence ( n’est-ce pas cousins :) ) afin de voyager d’île en île avec son épouse en pêchant pour gagner sa vie. Tous deux ont cumulé sept enfants dont une fille qui étudie le Français et rêve de faire son stage de fin d’études en France – nous ne manquerons pas de l’y aider si besoin !

Je profite de l’expérience de notre hôte pour découvrir le fameux spear fishing des Bahamas. En effet, la loi interdit les fusils harpons au profit de la pêche à la lance. Ronnie nous explique qu’il s’agirait d’empêcher les Bahamiens de s’entretuer s’ils avaient le droit de posséder un quelconque objet ressemblant à une arme, de loin ou de près…Son matériel est impressionnant et je trouve dommage, contrairement à Olivier, qu’il n’y ait aucun magasin de pêche dans le coin…

IMG_3612

Entre temps la journée est déjà bien avancée, et nous demandons à Ronnie s’il pourrait nous faire goûter du Spiny Lobster si nous revenons dîner dans son boui-boui – sachant que nous devons encore retirer de l’argent…Nous tentons la banque qui vient de s’installer mais malheureusement l’ATM ne marche qu’avec les cartes bleues locales – malgré l’affichage Visa -qui ne semble jamais fonctionner aux Bahamas ! Ronnie téléphone à la Marina qui nous envoie au supermarché demander l’aide du manager qui pourrait nous rendre du liquide en nous facturant notre carte bleue…Il est en congés et ils n’acceptent pas la carte bleue de toutes façons ! Rien n’y fait, personne ne peut nous donner d’argent ici non plus, mais Ronnie souhaite vraiment nous faire plaisir donc nous convenons d’un repas – succulent – de spiny lobster pour deux pour tous les petits dollars qui nous restent ! Nous n’avons jamais revu nos voisins québécois et passé la soirée avec Ronnie, et son épouse.

IMG_3616

Son île nous a laissé de jolis souvenirs de notre dernière étape aux Bahamas que nous quittons le surlendemain. Nous naviguerons une trentaine d’heures pour rejoindre les Etats-Unis et pour l’anecdote, je manquerai de pêcher un dernier magnifique thon jaune – parce qu’un certain Olivier chargé de l’épuisette, ne souhaitait pas trop salir le bateau et attendre avant de le remonter à bord !?

IMG_3596