Le voyage de Takoumi

Saison 3

L’artisanat, mamelle de la France … A quel sein se vouer ?

Ce 29 mai, les premiers prestataires nous ont enfin rendu visite. Enfin, comment dire… Ils sont passé quoi. Un vrais western.

moteur

Le truand :

Je commencerai par le premier diéséliste, tenue décontractée mais « yacht club » tout de même, croit sans doute qu’on achète un voilier de 35 ans parce que nous sommes collectionneurs. A sa décharge, Amel est un chantier prestigieux en France, mais quand même. En tout cas, rien n’est trop beau, pour lui, pas le choix, il faut « sortir » le moteur pour le refaire, et surtout pas de devis, c’est beaucoup trop s’avancer.

La brute :

Le second diéséliste, appelé en urgence pour un second avis, présente beaucoup moins bien, mais pour lui, c’est beaucoup moins grave. Il est pas  impeccable ce moteur mais mieux vaux ne pas y toucher et remplacer quand ça tombe en panne. En tout cas, lui, il y touche pas.

Et comment je fais moi avec ça ? Deux pros, deux visions diamétralement opposées. Et encore, le second retrouve le premier sur « si on commence à y toucher, faut le sortir et tout faire, il sera repeint de frais, mais difficile de dire s’il sera effectivement plus fiable, moi, j’y toucherai pas » … A préciser que ne pas y toucher, c’est ne même pas faire la vidange…

Le bon :

Bon heureusement, il y a eu de bonnes vibrations aujourd’hui, le gréeur, jeune et sportif, a bien compris notre esprit. Nous allons effectivement profiter de la dernière mode en terme de matériaux, pensez-vous, le seul Sharki trentenaire avec étais,marocain et pataras textile. Mais au moins, il est clair, désireux de coller à l’esprit du bateau et de notre voyage. Ça me plait de penser que nous en rencontrerons plus comme lui que comme les deux autres.

Finalement :

Demain, nous avons décider de quitter cette bande de fêlés pour quelques heures et d’aller passer la nuit au mouillage du cap Taillat, au calme. Nous déciderons de ce que nous voulons vraiment faire. Et puis ce sera sympa, cela nous changera du port des Marines de Cogolin.

Il faudra aussi qu’un jour je raconte comment marche le « réseau » pour que quelqu’un vienne s’occuper de ton bateau.

 

2 Commentaires

  1. M

    Le bon, la brute et le truand, extra, mais vous voilà bien avancés …… Enfin, nous avons apprécié l’humour du texte. Je viens de me rendre compte (à retardement) qu’on pouvait laisser des commentaires, alors pourquoi s’en priver.

    Répondre
  2. Roger

    Ah Les Marines…
    Le terrain de jeux de mes 18 ans…
    Mon frère Thierry travaille à Port Grimaud chez Wauqiez.
    Ca peut servir?
    Bon courage!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>